spot_imgspot_imgspot_imgspot_img

La saison marocaine des petits fruits se termine plus tôt que d’habitude

La saison des fruits rouges est sur le point de se terminer au Maroc, plus tôt que d’habitude en raison de conditions météorologiques défavorables qui ont épuisé les plantes et d’une faible demande qui a démotivé les producteurs. Zouhir Daissoria, producteur et exportateur marocain de fruits à baies, commente la situation. « Après une fin de saison brutale pour les myrtilles, la campagne des framboises et des fraises suivra le même chemin avec une fin précoce dans les 2 semaines à venir. La saison a été marquée par de grands défis en matière de production et de commercialisation. » Ce contexte a laissé les producteurs impuissants, sans autre choix que de mettre fin à la production et de tirer les bonnes leçons pour les saisons à venir.

Source: Freshplaza

Daissoria explique : « Le premier défi auquel nous avons été confrontés depuis le début de la saison est la baisse de la demande par rapport à la saison dernière. Par exemple, la demande russe a chuté de 60 à 70 % en raison de la situation politique. Il est difficile, voire impossible, de livrer la Russie par voie maritime en raison des sanctions européennes, et le coût du fret aérien rend le prix final trop élevé pour les consommateurs russes. En Europe également, qui est notre premier marché, la demande a beaucoup baissé en raison de l’inflation mondiale, qui a réduit le pouvoir d’achat et forcé les consommateurs à changer leur comportement, en supprimant les produits non essentiels de la table, comme les fruits rouges. »

Cependant, certains marchés ont sauvé la saison, ajoute Daissoria, « Les pays du Golfe ont maintenu une demande stable, tout comme le Royaume-Uni : le meilleur marché pour nous en ce moment. Il a maintenu une bonne demande et un bon niveau de prix. Les grands exportateurs préfèrent ce marché et réalisent 80 à 85 % de leur chiffre d’affaires avec les Britanniques, en particulier pour les framboises. »

Le deuxième défi est lié au climat. Le Maroc est confronté à des variations de température inhabituelles et à une année de sécheresse jamais vue au cours des quatre dernières décennies. Daissoria explique : « Pour les fraises et les framboises, les températures étaient trop élevées en début de saison, alors que les plantes avaient besoin de froid, et trop basses, alors que les fruits avaient besoin de chaleur. Les dégâts ont été importants. Certaines variétés de framboises donnent habituellement au moins 7 tonnes par hectare, alors que cette année, le rendement moyen a été de 5 tonnes et même de 2 à 3 tonnes pour certains producteurs. Cet exemple est valable pour toutes les variétés de tous les autres petits fruits. »

Selon le producteur, le problème climatique est principalement lié aux températures et n’est pas directement lié à la sécheresse que connaît le pays : « La sécheresse ne nous a pas touchés directement. Les producteurs de fruits rouges ne dépendent pas des précipitations et ont des activités plus modernes, utilisant les moyens habituels tels que l’irrigation au goutte-à-goutte. Les eaux souterraines sont abondantes dans les régions productrices de fruits rouges, comme Larache. »

« Tous ces problèmes ont entraîné une fin de saison plus précoce que l’année dernière. La plupart des producteurs termineront la saison en 2 semaines, alors qu’elle a duré jusqu’à la fin juin l’année dernière et même jusqu’à la mi-juillet pour certaines variétés de framboises. Les plantes n’ont plus rien à donner dans ces conditions climatiques difficiles. »

La peine des producteurs a été doublée par des prix beaucoup plus bas que d’habitude, dit Daissoria: « La différence de prix est importante, surtout pour les fraises et les framboises. Prenons l’exemple des écarts de production, sachant que les fruits frais ont connu le même sort. L’année dernière, pour les écarts utilisés dans les fruits congelés, la saison a démarré à 33-40 MAD. Cette année, en début de saison, le meilleur prix pour les écarts que nous avons reçu venait du Portugal et n’était que de 13 dh, les prix descendaient jusqu’à 2 dh dans les pires cas, à tel point que de nombreux producteurs ont préféré détruire les écarts plutôt que de les vendre. Les myrtilles ont été une exception, en gardant un niveau de prix satisfaisant par rapport à l’année dernière. »

Mais vue sous l’angle des prix, face à une demande insuffisante, la baisse des volumes a été plutôt positive pour les producteurs, assure Daissoria. « Le contraire aurait été catastrophique et les prix auraient chuté au-delà du supportable. Habituellement, nous avons 2 ou 3 périodes de pic de production où les prix chutent. Mais cette année, nous n’avons eu qu’une seule période de pointe, au mois d’avril, où les prix ont atteint des niveaux très bas. »

Par la suite, le producteur prévoit une augmentation de la surface des myrtilles à partir de la prochaine saison : « Cette année, les myrtilles se sont mieux comportées que les fraises et les framboises en termes de prix, malgré une fin de saison précoce en raison du climat. Les producteurs préfèrent également les myrtilles car le cycle des plants dure jusqu’à 10 ans, contre 2 ans pour les autres fruits rouges, après quoi il est nécessaire de remplacer les plants. Je vois déjà des collègues producteurs augmenter leur surface d’au moins 120 ha uniquement dans la commune d’Awamra. »

Daissoria poursuit, « En ce qui concerne les autres fruits à baies, il est fort probable que les framboises garderont la même superficie, tandis que les fraises diminueront d’au moins 10-15% car un bon nombre de producteurs convertiront leur superficie pour la production de pommes de terre qui ont atteint des prix records cette saison et sont devenues très attrayantes. »

Ces changements qui ont eu lieu dans le nord du pays, le bastion des petits fruits, sont également observés dans d’autres zones de la région méridionale de Souss Massa. Avec les restrictions imposées par le gouvernement sur les exportations de tomates, de nombreux producteurs de la région ont préféré convertir leurs serres à la production de fruits à baies. Daissoria commente : « Cela représente de grandes surfaces. Les exploitations d’Agadir sont vastes, de l’ordre de 30 à 60 hectares, contre 5 à 10 hectares par exploitation dans le nord. Et en plus des producteurs qui ont converti leurs surfaces de tomates cerises en baies, il y a aussi ceux qui sont spécialisés dans les baies et qui ont choisi de s’installer à Souss Massa. Cela entraînera également une augmentation considérable des superficies consacrées aux fruits rouges dans un avenir proche. »

Similar Articles

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Advertismentspot_img

Instagram

Most Popular