Select your Top Menu from wp menus

La rouille noire : une menace réelle pour la production du blé au Maroc

La rouille noire : une menace réelle pour la production du blé au Maroc

 

 

 

 

 

Pr. Ezzahiri Brahim, Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II  – Rabat, Maroc

Dans un article publié en 2020 dans le numéro 125 du magazine Agriculture du Maghreb, nous avons attiré l’attention sur le risque de réémergence de la rouille noire ou rouille des tiges du blé au Maroc. Cette maladie causée par le champignon Puccinia graminis f. sp. tritici Eriks. & Henn. peut-être dévastatrice pour la culture du blé en présence de facteurs favorisants la maladie comme la sensibilité variétale, la présence de variantes virulentes de l’agent pathogène et la persistance de temps humide et doux durant la croissance du blé.

Historiquement, la rouille noire était la principale maladie du blé au Maroc jusqu’aux années 70 qui ont connu l’introduction et la généralisation de variétés semi-naines, à cycle court et résistantes à la rouille noire, issues de germoplasme développé par le centre international CIMMYT au Mexique. Depuis, la maladie est devenue rare et sporadique. Elle a été observée de temps en temps sur des variétés locales du blé dans les zones montagneuses. Seulement, et depuis 2018, nous avons relevé des indications de la possibilité de retour à grande échelle de cette maladie au Maroc, suite à l’apparition de nouvelles variantes du champignon responsable de la maladie.

Dans cet article, nous présentons le risque de développement épidémique de la rouille noire sur blé au Maroc, en se basant sur des indicateurs aux échelles internationale et nationale, tout en évoquant les mesures de prévention et de protection nécessaires pour la gestion de cette maladie à l’échelle nationale.

Contexte international

Historique

La rouille noire du blé est historiquement connue pour avoir causé des dégâts périodiques importants dans la plupart des régions productrices du blé dans le monde. Le champignon responsable attaque les feuilles, la tige et l’épi (Figure 1) en entrainant des pertes directes (grains échaudés) et indirects ( la verse des tiges attaquées). Le symptôme typique de la rouille est la pustule, de couleur marron (stade de dissémination) ou noire (stade de conservation) (Figure 2). Nous signalons au passage, que le blé peut être attaqué par deux autres rouilles non moins importantes : la rouille striée (jaune) et la rouille des feuilles (brune).

Tout au long de l’histoire, des pertes dues aux épidémies de rouille noire ont été enregistrées dans la plupart des régions productrices de blé, avec des épidémies majeures enregistrées en Europe, en Australie, en Inde, en Chine, et aux USA. Une épidémie majeure de rouille noire s’est produite en Amérique du Nord dans les années 1950 et a détruit jusqu’à 40% de la récolte de blé. L’ampleur de ces dégâts a encouragé la recherche scientifique et la collaboration internationale pour trouver une ou des solutions à ce problème phytosanitaire.

  • Figure 1a
  • Figure 1b
  • Figure 1c

Figure 1. Pustules de la rouille noire sur feuille (a), tiges (b) et épi (c) du blé

  • Figure 2a
  • Figure 2b

Figure 2. Symptômes de la rouille noire sur tiges de blé (stade actif de dissémination (a) et stade de conservation du champignon (b))

Ainsi, sous la direction du Dr. Borlaug (Prix Nobel de Paix, en 1970) au CIMMYT, des variétés de blé semi-naines, résistantes à la rouille noire ont été développées et utilisées pendant des décennies. L’ampleur mondiale de la rouille noire a fortement diminué grâce à l’utilisation de lignées de blé présentant une résistance génétique à la maladie. Plus de 50 gènes de résistance (Sr) de différentes sources ont été identifiés. Parmi ces gènes, le Sr31 d’une efficacité totale a été utilisé à grande échelle.

La sélection de variétés résistantes à la rouille noire est devenue ces dernières années une priorité secondaire pour de nombreux programmes de sélection et la fréquence de maladie est en augmentation. Ceci est exacerbé par l’utilisation peu judicieuse de variétés sensibles. Celles-ci deviennent populaires rapidement, surtout lorsqu’elles possèdent des caractéristiques avantageuses de rendement et de qualité. Ces variétés en présence de variantes virulentes de l’agent pathogène et d’un environnement favorable deviennent l’amorce d’attaque généralisée de la rouille noire.

Développements récents : Apparition de races virulentes du champignon

La rouille noire a pris de l’importance à partir de 1998 lorsque de nouveaux traits de virulence sont apparus dans la population du champignon responsable de la maladie démontrant la vulnérabilité des variétés de blé largement utilisées à travers le globe. Une alerte mondiale a été lancée avec l’apparition en Ouganda en 1998, d’une race désignée Ug99 (codée TTKSK) avec la virulence sur Sr31, un gène de résistance largement utilisé.  Une variante de cette race avec la virulence sur Sr24, un autre gène de résistance très utile, est apparue en 2006.

L’émergence de la race Ug99, son expansion géographique ultérieure en Afrique, jusqu’au Moyen Orient et l’apparition de variantes Ug99 illustrent la menace imminente qui pèse sur le blé. De même, d’autres races non liées à Ug99 sont apparues dans diverses parties du monde réduisant l’efficacité des sources déployées de résistance. En 2016, une autre race hautement virulente a été détectée en Sicile. Il s’agit de la race codée TTTTF virulente sur SR9e et Sr13, deux gènes de résistance communs chez le blé dur. 

En Espagne, le voisinage immédiat du Maroc, la rouille noire a rarement été détectée depuis les années 70, mais une infection a été observée dans des champs de blé en 2018. Les échantillons analysés appartiennent à la race TKTTF. Un autre échantillon près d’un buisson d’épine-vinette appartient à la race TKHBK (virulente sur Sr31, 33, 53 et 59). Il s’agit de la première race en dehors du groupe Ug99 virulente sur Sr31 et première race virulente sur Sr59. La race TKTTF a été isolée dans plusieurs pays européens. Elle a été parmi les races à l’origine de la première épidémie récente de rouille noire en Europe survenue en Allemagne en 2013. 

Réactions internationales à la menace de la rouille noire  

Une collaboration internationale s’est avérée nécessaire pour contrer la menace que présente le champignon responsable de la rouille noire en raison de son agressivité, sa propagation aérienne et la vulnérabilité des variétés de blé vis-à-vis des nouvelles variantes de l’agent pathogène. Sur recommandations d’un comité d’experts internationaux, une initiative mondiale contre la rouille a été fondée sous le nom de BGRI (Borlaug Global Rust Initiative).

Ce groupement d’institutions internationales (FAO, CIMMYT, ICARDA, Indian Council of Agricultural Research et Cornell University) a pour objectif principal de réduire méthodiquement la vulnérabilité mondiale aux rouilles du blé et de préconiser et faciliter l’évolution d’un système international durable pour contenir la menace des rouilles du blé.

Parallèlement, les européens ont initié un programme de 4 ans à partir de 2018. Ce programme est intitulé système d’avertissement précoce pour le contrôle des rouilles du blé. Il est basé sur l’utilisation des technologies numériques et moléculaires pour collecter, analyser, synthétiser et diffuser l’information sur la situation des rouilles dans les 13 pays partenaires et de fournir en temps réel les menaces d’éventuelles variantes agressives des champignons responsables des rouilles du blé.

Contexte national

Historique de la rouille noire au Maroc

La rouille noire était la principale maladie du blé au Maroc avant les années 70. La maladie était endémique sur les variétés sensibles à cycle long. En se basant sur les publications de Malençon* (1958, 1961, 1963), le cycle annuel du champignon responsable de la rouille noire se déroulait en deux phases, une graminicole en montagne et l’autre céréalicole dans les plaines.  Nous signalons au passage, la présence de l’hôte alternatif (Berberis hispanica) dans les Haut et Moyen Atlas et dans le Rif (1000-2000m), qui probablement a joué un rôle dans la perpétuation et la diversité du champignon responsable de la rouille noire du blé.  

Avec l’introduction et la généralisation des variétés de blé semi-naines, à cycle court résistantes à la rouille noire à partir des années 70, la rouille noire s’est graduellement éteinte. Les attaques de cette maladie sont devenues rares et ont été confinées aux zones de montagne sur des variétés locales.

Entre temps, le Maroc a connu dans le domaine agricole, des modifications agroécologiques importantes par la mise en irrigation de vastes zones sur la côte atlantique et l’intensification des cultures dans les périmètres irrigués, rendant possible la présence de zones côtières cultivées en été. Ce qui donne plus de chance à la survie estivale d’agents pathogènes obligatoires comme ceux responsables des rouilles du blé. Cette nouvelle donne fait que du point de vue épidémiologique, les risques de développement à grande échelle d’une maladie comme les rouilles jaune et noire sont présents. Le cas de la rouille jaune a été décrit dans une publication antérieure (Agriculture du Maghreb n° 101 (2017)).

Pour la rouille noire, nous présentons ci-après les indicateurs de la menace que présente actuellement cette maladie pour le blé au Maroc.

Indicateurs du risque potentiel

Les indicateurs du risque potentiel du développement épidémique de la rouille noire au Maroc sont l’observation constante de la maladie ces dernières années et l’extension de sa présence dans le territoire national, la présence de variétés extrêmement sensibles à la maladie, la présence de nouvelles races du champignon responsable de la rouille noire au Maroc et dans le voisinage européen et la possibilité de survie locale d’une saison à l’autre. En présence de ces ingrédients, il suffit d’avoir une année humide et douce pour qu’une épidémie de la rouille noire se développe à grande échelle au Maroc.

Extension depuis 2018

Observée seulement dans quelques champs de blé dans la région du Gharb et du Sais en 2018, la rouille noire a élargi sa présence à d’autres zones du nord-ouest en 2019 et 2020, causant parfois des dégâts importants. En 2021, en plus de ces zones, nous avons observé la présence de la rouille noire dans un champ de blé tendre près de Bouchane dans la région de Rhamna. L’année 2022 a été marquée par un déficit pluviométrique important ayant affecté sévèrement la production du blé au Maroc. Malgré cette situation, nous avons observé un champ de blé tendre irrigué sévèrement atteint par la rouille noire près de Khemis Zemamra dans la région des Doukkala. Ces observations indiquent que le champignon responsable de la rouille noire est devenu endémique aux régions céréalières du Maroc.

Sensibilité variétale

Les variétés à haut potentiel de production récemment introduites au Maroc sont très sensibles à la rouille noire. Ces variétés sont devenues très populaires et leur utilisation à grande échelle favorise le développement épidémique de la maladie.

Agressivité de l’agent pathogène

Le Maroc partage avec le voisinage européen, un spectre de virulence similaire entre les souches du champignon responsable de la rouille noire. Les échantillons du champignon prélevés au Maroc en 2019 appartiennent à la race codée TKTTF. Cette race, largement présente en Europe, a été à l’origine de développement épidémique de la rouille noire sur ce continent.

Survie locale du champignon

Pour assurer son passage d’une saison à une autre, le champignon responsable de la rouille noire doit survivre en été et en automne sous une forme active lui permettant de reprendre son activité sur le blé cultivé. Des observations dans les zones irriguées, nous ont permis de localiser des foyers précoces de la rouille noire sur des repousses de blé en automne comme c’est illustré par la figure 3. Il s’agit d’un champ où le blé tendre a été semé en inter saison en mélange avec du bersim pour un usage fourrager.

  • Figure 3
  • Figure 3_(1)
  • Figure 3_

Figure 3. Foyer de survie de la rouille noire du blé localisé près de Mograne dans la région du Gharb (24 décembre 2019).

Stratégie de prévention et de protection

La rouille noire constitue une menace réelle pour la production du blé au Maroc. Face à la réémergence du champignon responsable de cette maladie, il est important d’assoir les bases d‘une stratégie basée sur la prévention et l’intervention active pour pallier aux risques éventuels que présente cet agent pathogène pour la culture du blé au Maroc. Ainsi, cette stratégie doit être fondée sur les piliers suivants : la surveillance, la sensibilisation, la caractérisation variétale et l’intervention chimique raisonnée.

La surveillance phytosanitaire peut s’organiser sous forme de réseaux en utilisant les technologies modernes d’information. Toute observation de la présence de la rouille noire doit être signalée dans le cadre de réseaux de coordination locale ou nationale qui diffusent l’information et donnent des conseils d’intervention.

La sensibilisation doit se faire sur la gravité de la maladie et la nécessité d’intervention au bon moment sur les variétés sensibles du blé pour les protéger contre la rouille noire.

L’actualisation du comportement variétal vis-à-vis de la rouille noire est une composante importante de la stratégie de protection du blé contre cette maladie. De ce fait, Il est important de procéder au criblage des variétés pour leur résistance aux races prévalentes du champignon responsable de la rouille noire et de procéder au retrait progressif des variétés sensibles ou à l’amélioration de leur résistance.

Le dernier volet de la stratégie de protection du blé contre la rouille noire est le recours à l’utilisation des fongicides. Il s’agit d’une solution provisoire de sauvetage pour éviter des pertes importantes de rendement suite à l’apparition de la rouille noire chez une variété sensible. Bien qu’il existe des fongicides des familles des triazoles et des strobilurines qui peuvent être utilisés pour lutter contre la rouille noire, leur usage doit se conformer à certaines conditions pour pouvoir assurer une protection adéquate du blé. Le fongicide doit être utilisé à titre préventif juste après l’épiaison pour assurer une protection au tout début ou avant l’infection des tiges et des épis, en respectant les conditions d’application.

—————————————————————

*Malençon, G. 1958. Données préliminaires sur l’épidémiologie de la rouille noire des céréales au Maroc. First European Colloquium on black rust of cereals, Versailles.

Malençon, G. 1961. L’évolution périodique de la rouille noire du blé au Maroc.

Second European Colloquium on black rust of cereals, Madrid.

Malençon, G. 1963. Les données écologiques du développement estival de la rouille noire (Puccinia graminis) dans le Moyen-Atlas. C.R. Hebd. Séance Acad. Agric. Fr. Paris 49 : 271-291

 

 

 

Aller à la barre d’outils