spot_imgspot_imgspot_imgspot_img

Myrtille : Les exportations mondiales dépasseront les 3 milliards de dollars d’ici 2025

Très plébiscitée pour sa saveur, sa polyvalence et ses bienfaits pour la santé, la consommation de myrtilles
s’est étendue au-delà du frais, congelé et séché, à d’autres formes comme la purée et la poudre. Les myrtilles
sont également utilisées comme ingrédients et additifs dans beaucoup d’aliments et de boissons. Ces nouvelles
utilisations et formes de myrtilles ont conduit à un accroissement de la production dans le monde entier.
La fabrication et le commerce mondiaux ont connu la croissance la plus spectaculaire entre 2010 et 2019,
poussés de plus en plus haut par la demande croissante des consommateurs.

L’HISTOIRE DE LA DOMESTICATION DE LA MYRTILLE
Le développement des myrtilles cultivées a commencé au début des années 1900 grâce à la collaboration d’Elizabeth  White et du botaniste de l’USDA Frederick Coville. Vivant dans une ferme de myrtilles dans le New Jersey, White a  commencé à mener ses recherches sur les plants de myrtilles sauvages en corymbe dans les années 1890 alors que  Covillea commencé ses recherches sur la culture des myrtilles sauvages en 1908. Après avoir commencé à correspondre, White a invité Coville à travailler avec elle sur sa ferme familiale.
Ils sont devenus des partenaires commerciaux en 1911, récoltant et vendant leur première récolte commerciale de  myrtilles en 1916. Depuis lors, la production commerciale de myrtilles s’est étendue aux États-Unis et à tous les  continents, à l’exception de l’Antarctique. Ainsi, grâce aux progrès de la génétique et des pratiques de production, les myrtilles ont été cultivées dans au moins 30 pays en 2019 et sous divers climats.
Les principales classes de plants de myrtilles aujourd’hui cultivés commercialement sont le lowbush (myrtille sauvage), Northern Highbush, (myrtille caduque), Southern Highbush (myrtille pérenne), et les Rabbiteye (oeil de  lapin). La production végétale peut être courte ou longue, certains cultivars ne produisant que 1 à 5 ans, d’autres  allant jusqu’à 40 à 60 ans.

PRODUCTION MONDIALE
La production mondiale a plus que doublé entre 2010 et 2019, passant de 439.000 tonnes à près de 1 Mt. Au cours  de cette période, le nombre de pays ayant une production déclarable est passé à 30, sachant qu’en 2010, on comptait  seulement4 pays avec une production de 10 000 tonnes : les États-Unis (224 000 tonnes), le Canada (84 000 tonnes), le Chili (76 000 tonnes) et la France (11 000 tonnes). Le nombre de pays produisant au moins 10 000 tonnes a commencé à augmenter depuis 2012 et n’a pas diminué depuis. En 2019, au moins 11 pays ont franchi la  barre des 10 000 tonnes. Le Pérou a connu l’expansion la plus impressionnante, passant de moins de 50 tonnes à près de 125 000 pour devenir le quatrième producteur derrière les États-Unis, le Canada et le Chili. Le Pérou est  désormais le premier exportateur mondial en termes de valeur. Sur cette période, les pays de l’hémisphère sud ont  représenté près de 40% de la croissance de la production mondiale atteignant près de 300 000 tonnes en 2019. La  diffusion de la production dans l’hémisphère sud a étendu la présence saisonnière des myrtilles sur le marché aux 12 mois de l’année, augmentant la disponibilité pour les consommateurs et stimulant la demande mondiale.
Aux États-Unis, les myrtilles sont la deuxième baie la plus produite. La production américaine oscille autour de 300  000 tonnes en moyenne depuis 2015, soit 36% de la production mondiale.

GROSSE PRODUCTION TOUTE L’ANNÉE
Les bleuets sont actuellement disponibles toute l’année. Les saisons se chevauchent. Les vitrines commerciales ont  pratiquement disparu. C’est précisément au changement de saison entre le nord et le sud que la production  augmente le plus. Les différents fournisseurs ne rivalisent plus seulement avec leurs pairs de la même latitude, mais  aussi avec ceux d’autres latitudes. Il y a des périodes de l’année où il y a beaucoup de chevauchement.

DES PRIX DE PLUS EN PLUS COMPÉTITIFS
L’augmentation de l’offre et l’émergence de fournisseurs à bas coûts ont conduit à un ajustement des prix tout au  long de la chaîne. Cela a favorisé le commerce. Les myrtilles sont devenues plus populaires et ne sont plus un produit de luxe. D’autre part, l’augmentation des promotions et le fait que les myrtilles soient recherchées par les chaînes  pour attirer les acheteurs ont beaucoup aidé à augmenter les ventes. L’inconvénient est la baisse des prix payés aux  producteurs. Les producteurs doivent devenir de plus en plus efficaces pour être compétitifs. Mais la différence de coûts entre les pays est très marquée, notamment le coût de la main-d’oeuvre. Le taux horaire dans les pays d’Europe de l’Est (Serbie, Roumanie) est 3 à 4 fois inférieur à celui des pays de l’Ouest (France, Hollande, Allemagne). La  différence est encore plus grande avec des pays comme le Pérou, l’Ukraine ou l’Afrique du Sud, où le taux horaire est  8 à 9 fois inférieur. Aucune efficacité ne peut compenser cela. La différenciation du produit est recherchée par la qualité, la forme de production (bio), la présentation, la régionalisation (le proposer comme local) ou la forme de  commercialisation (vente directe à la ferme).

EXPORTATIONS MONDIALES
Si les exportations augmentent en moyenne de 5% au cours des 5 prochaines années, la valeur des exportations des 7  plus grands pays exportateurs de myrtille (Pérou, Chili, Mexique, États-Unis, Afrique du Sud, Pologne et Canada)  atteindra près de 3 milliards de dollars d’ici 2025. Selon les données de la FAO, le volume mondial des exportations n’a pas diminué depuis au moins 2010, augmentant en moyenne de 46 000 tonnes par an entre 2015 et 2019. Compte tenu de l’expansion de la production et des exportations à partir de 2010 et de l’augmentation continue de la  demande des consommateurs, les exportations de myrtilles fraiches devraient poursuivre leur trajectoire  ascendante.

MONDIALISATION ET CONCURRENCE
La myrtille est le fruit qui a connu le plus grand succès auprès des consommateurs ces dernières années. on offre et  sa demande augmentent continuellement et elle est devenue mondiale, par sa présence sur tous les continents. Cela a conduit à une concurrence de plus en plus féroce entre les fournisseurs. Les exigences du consommateur moderne  constituent un autre défi. La question est de savoir si la production et la commercialisation de myrtilles seront en  mesure de répondre à ces demandes pour assurer un succès futur, ou si ce sera à nouveau une étoile filante qui disparaîtra. La myrtille en tant que produit local et de saison appartient depuis longtemps au passé. En quelques  années seulement, ce fruit s’est mondialisé comme peu d’autres produits l’ont fait. Aujourd’hui, il est cultivé de  l’équateur jusqu’à l’extrême nord et sud des continents. La plupart des pays producteurs de fruits ont plus ou moins adopté cette culture. Les fournisseurs traditionnels, tels que les États-Unis, le Canada, la Pologne, l’Allemagne, sont  désormais confrontés à une concurrence croissante de la part de nouvelles origines telles que le Pérou, le Mexique, le  Maroc, l’Europe de l’Est et la Chine. De nouveaux pays s’ajoutent à la liste chaque année, dont certains n’auraient  jamais été pensés pour convenir à cette culture. C’est le cas de la Colombie, l’Équateur, la Zambie, la Namibie et le  Kenya. Tout cela a conduit à une explosion de la culture des myrtilles dans le monde et tout au long de l’année. Le  marché a répondu positivement et la consommation a augmenté en conséquence.

INCONNUES ET DÉFIS
Mais cette croissance s’accompagne de nouveaux défis. Il y a beaucoup d’inconnues, telles que :
• Y aura-t-il suffisamment de marchés pour absorber la grande production attendue ?
• Comment les différents pays vontils se positionner dans le concert des fournisseurs ?
• Qu’adviendra-t-il des prix, vont-ils continuer à baisser, compliquant la rentabilité ?
• Y aura-t-il suffisamment de diversification et de valeur ajoutée pour l’empêcher de devenir un produit banal ?
• La production sera-t-elle suffisamment durable pour répondre aux demandes des générations futures ?

L’AVENIR DE LA FILIERE MONDIALE
La recherche sur les variétés ne dépend plus comme avant des institutions publiques, mais se déroule désormais également dans l’industrie privée, ce qui entraîne des progrès plus rapides dans la génétique et le développement des  variétés. Des recherches sont en cours pour améliorer le rendement, la qualité des baies, la résistance aux  maladies et aux ravageurs, et la résistance au froid et à la chaleur. Il y a également des améliorations technologiques
pour mieux gérer, récolter et emballer les cultures.
Par exemple, en raison de leur plage de besoin en froid (0 à 400), les cultivars Southern Highbush (comme ceux  utilisés au Maroc) peuvent être cultivés comme système de gestion des buissons à feuilles persistantes pour produire  des baies toute l’année ou à des moments spécifiques.
Selon la zone géographique, le « persistant » peut prévenir ou gérer la défoliation grâce au choix du moment de la  taille et son intensité. Alors que la prévention permet une production toute l’année, la défoliation gérée permet aux  producteurs de contrôler ou de cibler le moment où les baies sont mûres, et donc le moment où elles peuvent être  écoltées. Pour la défoliation dirigée, selon le cultivar, le délai entre la taille et la récolte varie de 5 à 8 mois. Par exemple, si vous visez une récolte en mai, les buissons seront taillés en janvier. La production à feuilles persistantes,  utilisée dans certaines régions des États-Unis, a également permis à la production de myrtille de s’étendre à des  égions au climat plus chaud comme l’Australie, le Mexique, le Pérou, l’Espagne et le Maroc.
A noter que les variétés de myrtille actuelles appartiennent toutes au genre Vaccinium et à la section Cyanococcus.  Cependant, des variétés sauvages en dehors de Cyanococcus sont connues dans le monde entier, même dans des zones plus isolées telles que les îles du Pacifique Sud. Avec le succès des myrtilles, certains de ces pays commencent à  cultiver leurs propres variétés sauvages. Le niveau actuel de la recherche scientifique ne permet pas encore de  combiner facilement la génétique des variétés Cyanococcus et non-Cyanococcus. Les progrès attendus de la  technologie génétique rendront probablement cela possible au cours des prochaines décennies, ce qui conduira au développement de nouvelles variétés et à la propagation de la production de myrtille.

PRODUCTION DURABLE
Les consommateurs modernes exigent que le produit qu’ils achètent soient issus d’une production durable. Pour  cela, ils s’informent, lisent, se laissent influencer par les réseaux sociaux, etc. Ce point deviendra de plus en plus  important. Les productions qui ne répondent pas à ces exigences peuvent avoir de sérieux problèmes et peuvent  même sortir du système. Certains aspects sont considérés comme pertinents, tels que l’utilisation de l’eau et de  l’énergie, les émissions de gaz à effet de serre, l’impact sur la biodiversité, les transports, etc. La question est de  savoir si la production de bleuets dans les différentes régions pourra passer le test de la durabilité.

 

Similar Articles

Comments

Advertismentspot_img

Instagram

Most Popular