Select your Top Menu from wp menus

Marché mondial de la framboise, la mûre et la groseille

Marché mondial de la framboise, la mûre et la groseille

Le marché de la framboise a connu des semaines difficiles. Les prix avaient atteint des niveaux élevés, mais après Pâques, ils ont chuté en raison de l’augmentation des volumes. Entre-temps, les premières framboises néerlandaises et belges sont arrivées sur le marché. La situation a également été difficile pour les mûres suite aux importantes pénuries affectant la production espagnole, qui ont dû être couvertes par des fruits provenant du Mexique. L’approvisionnement en provenance de la région centrale du Mexique s’est déroulé sans problème. La saison des groseilles néerlandaises est maintenant terminée. La campagne a été bonne et la chaîne d’approvisionnement a fonctionné sans problème. Les groseilles actuellement sur le marché proviennent du Chili, mais en raison d’une baisse de qualité, la saison devrait bientôt s’achever.

Source: Freshplaza

Pays-Bas : baisse du marché de la framboise et pénurie de mûres 
« Nous avons connu des semaines très difficiles sur le marché de la framboise. Nous constatons que les volumes sont plus importants à partir de la semaine qui suit Pâques », déclare un négociant néerlandais en fruits rouges. « Jusqu’à Pâques, les prix étaient très élevés, mais après cette fête, le volume a augmenté et le prix a baissé. Côté qualité, les framboises du Maroc et du Portugal sont meilleures que celles d’Espagne. »

« Par ailleurs, nous constatons une grande pénurie de mûres. La production espagnole a chuté, l’offre a donc été complétée par des mûres mexicaines. Les prix de ce fruit sont très stables », a ajouté le négociant. « Les producteurs néerlandais de groseilles ont connu une saison décente, avec des volumes qui ont fini par baisser doucement. La qualité des baies chiliennes actuellement sur le marché commence à décliner, mettant un terme à une longue saison. »

Belgique : popularité croissante des framboises et des mûres
La saison des fruits rouges en Belgique a commencé en avril, avec les framboises au début du mois d’avril et les mûres à la mi-avril. Ces dernières années, la popularité des framboises a considérablement augmenté. La popularité grandissante des framboises se reflète également dans l’expansion de la superficie de la plus grande coopérative de Belgique. La variété principale reste la Kwanza. « Cette variété se caractérise non seulement par un goût délicieux, mais aussi par la fermeté de ses fruits rouges, une période d’approvisionnement plus longue et une longue durée de conservation. Cela les rend également adaptés à l’exportation. »

La popularité des mûres a également augmenté de manière significative ces dernières années. Des chiffres récents du cabinet d’études GFK montrent que la consommation de mûres en Belgique a augmenté de 59 % au cours des 5 dernières années.

Allemagne : une demande modérée mais des prix élevés
En Allemagne, le marché des fruits rouges est dans une impasse, selon un importateur. À l’approche de Pâques, la demande de framboises et de mûres était en hausse, mais depuis une semaine, celle-ci a nettement reculé. « Les gens manquent d’appétit pour les fruits rouges par ce temps froid », explique l’un d’eux. La majeure partie des fruits à baies provient actuellement d’Espagne, du Portugal et du Maroc, et les derniers lots du Chili sont aussi en circulation. « L’offre est plus que convenable, en particulier pour les framboises. Mais les prix sont élevés quelle que soit la catégorie. Normalement, les prix commencent à baisser immédiatement après Pâques, mais cette année, nous attendons toujours que cela se produise ». 

Italie : prix des mûres à un niveau élevé
Les Italiens consomment des mûres, des framboises et des groseilles malgré les températures hivernales. Selon un négociant du nord de l’Italie, les groseilles proviennent actuellement essentiellement du Chili, mais aussi des Pays-Bas. Le prix de gros moyen des groseilles se situe autour de 19-20 € par kilo. En ce qui concerne les mûres, la demande est actuellement supérieure à l’offre, si bien que les prix se situent à un niveau élevé : environ 20 euros par kilo. Les mûres viennent actuellement du Mexique. Quant aux framboises, l’offre provient actuellement du Maroc, d’Espagne et du Portugal. Le prix se situe autour de 15 euros le kilo.

Un producteur sicilien indique que la saison sicilienne a connu un bon début, tant en termes de qualité que de quantité. « Les ventes se portent bien également. Sous nos latitudes, il est possible de cultiver des fruits rouges presque toute l’année ». Dans le sud de l’Italie, la saison des framboises démarrera début mai, et les premières mûres sont attendues pour la mi-mai. L’Allemagne, la Suisse, l’Autriche et l’Europe de l’Est sont des destinations privilégiées pour les baies italiennes.

Espagne : 25 % de framboises en moins
Les framboises ont subi les effets du mauvais temps au cours des premiers mois de l’année. Jusqu’à présent, les rendements en Espagne ont diminué d’environ 25 %. Malgré cela, les prix sont restés acceptables et sans grandes fluctuations, vu que la demande est restée stable. La semaine dernière, le prix moyen des framboisiers payé aux producteurs était de 5,81 euros par kilo.

Pologne : baisse du volume des exportations de framboises en raison de la pénurie de main-d’œuvre, de la concurrence accrue et de la baisse des prix
En Pologne, les framboises et les mûres fraîches ont enregistré la plus forte croissance des ventes au cours des neuf premiers mois de 2020. Les exportations de baies ont augmenté de 42 % par rapport à 2019, atteignant 23,4 millions de dollars. Toutefois, la croissance des recettes d’exportation est principalement due à l’augmentation des prix à l’exportation des framboises en 2020, alors que les exportations elles-mêmes n’ont augmenté que de 14 %. La Pologne avait l’habitude d’exporter un nombre nettement plus important de framboises fraîches, mais ces dernières années, les pénuries de main-d’œuvre, la concurrence accrue et la chute des prix sur le marché mondial des framboises ont réduit son volume d’exportation. S’il est trop tôt pour dire quels seront les volumes de la nouvelle saison, le froid a probablement endommagé une partie des fruits.

États-Unis : offre restreinte de mûres
Le marché des mûres connaît une pénurie aux États-Unis. Selon un négociant basé en Californie, la récolte a été ralentie par le temps frais. « Un volume plus important est attendu, cependant il arrivera avec un retard pouvant aller jusqu’à 2 semaines ». Un négociant de l’Illinois affirme que le passage à différentes variétés pèse également sur l’offre de mûres. « Les rendements des mûres Tupy sont plus faibles depuis quelques années et les surfaces ont donc été réduites. Dans certaines régions, la culture de Tupy s’est terminée tôt. Certaines autres variétés ne produisent pas non plus aussi bien qu’elles le devraient ». Outre celles du Mexique, des mûres du Guatemala sont également disponibles.

L’offre de framboises du centre du Mexique se porte bien. « Beaucoup pensaient que les prix allaient baisser avec l’augmentation des volumes, mais la demande est très bonne », explique un négociant. En dehors du Mexique, on trouve quelques cultures à Oxnard, CA, mais celles-ci ne sont pas encore complètement établies. Les prix des framboises restent très stables, autour de 20 $. De plus gros volumes arrivent, mais le prix devrait rester à ce niveau. Toutefois, le prix des framboises pourrait baisser en fonction de la quantité de framboises que le Mexique et la Californie du Sud seront en mesure de fournir. Le pic de l’offre devrait être atteint cette semaine, mais des retards pourraient changer la donne.

Quant aux groseilles, le Chili les expédie en Amérique du Nord aux alentours de janvier-février. Ensuite, de février à juin leur présence se raréfie. Il s’agit d’un produit saisonnier qui est disponible en été dans le nord-ouest du pays.

Australie : forte croissance des framboises ces dernières années
Selon Berries Australia, la catégorie Rubus (framboises, mûres et autres baies) est, sans aucun doute, celle qui connaît la plus forte croissance en Australie, même si elle reste la plus petite par rapport aux fraises et aux myrtilles. Le directeur général de l’organisation a déclaré : « Les framboises ont connu une croissance phénoménale. Leur valeur a plus que doublé au cours des trois dernières années. Les mûres sont les nouvelles venues sur le marché, avec une croissance exponentielle, même s’il faut rappeler qu’elles ont commencé très modestement. »

Selon le Manuel des statistiques de l’horticulture, la valeur de la catégorie des fruits rouges a augmenté de 11 % depuis juin 2020, pour atteindre 1,04 milliard de dollars. Les framboises, mûres et autres baies ont augmenté de 4 % en termes de valeur, à 216 millions de dollars, tandis que les volumes ont également augmenté de 5 %, à 9 932 tonnes. Seule une très petite quantité (13 tonnes) a été exportée. Si l’on ventile la production par type de baies, les framboises représentent 75 % de la production, les mûres 25 % et les autres baies moins de 1 %, l’offre atteignant son maximum pendant les mois d’été.

#berries #framboise #mûre #groseille #fruitsrouges #santé #consommation #marchés