Systèmes de conduite du cerisier (Tigrigra)

Systèmes de conduite du cerisier (Tigrigra)

Les systèmes de conduite du cerisier

Cas de la vallée de Tigrigra

SERRAR Mohamed, Ingénieur en chef principal

 La vallée de Tigrigra, située à l’ouest de la ville d’Azrou, est une zone à vocation arboricole. La culture du cerisier y occupe une place importante et est en expansion continue. Actuellement la superficie de cette spéculation dans la province d’Ifrane dépasse la moitie de la superficie nationale. Le système de conduite qui a été adopté depuis toujours pour le cerisier demeure le gobelet simple, cependant on assiste ces dernières années à l’adoption de nouveaux systèmes de conduite par des agriculteurs qui investissent dans des vergers modernes.

previous arrow
next arrow
PlayPause
previous arrownext arrow
Slider

Après le choix de la variété et du porte-greffes, la sélection d’une forme de conduite est un élément essentiel pour accroître les performances de production des vergers de cerisier. L’évolution des formes de conduite est liée au concours simultané de plusieurs facteurs d’ordre :

– agronomique : l’évolution du matériel végétal permet de cultiver de nombreuses variétés et de nouveaux porte-greffes influençant la vigueur de l’arbre, la mise à fruit et la régularité de production (voir tableau 1 porte-greffes du cerisier).

– technique : le choix d’une forme de conduite agit sur la mise à fruit et la production plus ou moins rapide des arbres, sur l’éclairement de leur canopée et donc sur le potentiel de production, le calibre et la coloration des fruits.

– climatique : le choix du système de conduite peut tenir compte des coups de soleil et des chutes de grêle.

– économique : le choix d’une forme de conduite a une incidence importante sur les temps de travaux de formation et donc sur les coûts de production.

Tableau 1 : Porte-greffes du cerisier

Porte – greffe Vigueur Sol Mise à fruit
merisier Très grande Frais, filtrant 7 à 8 ans
Sainte-lucie 64 Grande Sec et calcaire Moyenne
Pontaleb ferci Grande Lourd, sec et calcaire Rapide
Maxma 14 Moyenne Résistant calcaire et sol lourd Rapide
Gisela 5 Faible Tous sols Très rapide
Tabel Edabriz 12 Très faible Humide et peu calcaire Très rapide

Quelques systèmes de conduite de cerisier étudiés en Europe

La recherche de nouvelles formes de conduite du cerisier est toujours un objectif fondamental pour améliorer les performances de production et la compétitivité des vergers. Plusieurs programmes de conduite se poursuivent en Europe et notamment en France, parmi lesquels celui de la chambre d’agriculture des Pyrénées-Orientales qui a mis en place au Roussillon en 2003 un essai avec 5 modes de conduite du cerisier, du plus simple jusqu’au plus technique. Il s’agit de deux modes en buisson espagnol (court et long), deux modes en gobelet attaché (gardois et chambre) et l’axe vertical sur un sol de coteau filtrant et caillouteux avec la variété Burlat, qui reste dominante dans le département, et le porte-greffe Maxma 14 de vigueur moyenne.

Pour le buisson espagnol long,  les arbres ont été formés par des rabattages successifs, complétés par des passages en vert destinés à dégager l’intérieur et par une taille rapide l’hiver. Dans le mode court, le rabattage a été plus sévère que dans le mode long, pour que les arbres restent plus bas.

Dans les deux modes de conduite en gobelet attaché, 4 à 6 charpentières ont été sélectionnées après rabattage, puis arquées à 45 degrés. Pour le gobelet attaché gardois, les charpentières sont attachées dans les quatre directions et pour le gobelet attaché Chambre, elles sont attachées sur le rang. Les arbres en axe vertical ont été conduits en taille longue avec arcure des branches fruitières sur le rang.

Les résultats obtenus sont résumés dans le tableau ci-dessous montrant les avantages et les  inconvénients de chaque système.

Tableau 2 : Caractéristiques des systèmes de conduite étudiés

  Système de conduite Rendement cumule

sur 4ans (t/ ha)

Temps de travaux 

hors récolte

(h/ ha an)

Calibre du fruit (mm) Autres observations
Buisson espagnol court 17 40 à 50 70% calibre 26

en 2010

Entrée en production lente
Buisson espagnol long 25 50 à 60 35% calibre 26

en 2010

Hauteur des arbres difficile à tenir
Gobelet attaché gardois 24 150 35% calibre 26

en 2010

Tendance à alterner, la présence de piquet gêne les travaux du sol
Goblet attaché chambre 27 50% calibre 26

en 2010

Entassement des charpentières

complique le travail  des cueilleurs

Axe vertical 31 300 à 400 Investissement élevé

entrée en production rapide

Avec la conduite en axe, les frais à investir chaque année sont élevés mais on peut gagner beaucoup si le rendement est au rendez-vous. A l’inverse, les frais restent réduits avec les deux buissons espagnols mais l’entrée en production est lente et le rendement plus limité. C’est une stratégie extensive et moins risquée. Les gobelets attachés constituent une voie intermédiaire entre les deux, en termes de vitesse d’entrée en production, de potentiel ou de temps de travaux.  A chacun ensuite de faire son choix en fonction de sa structure d’exploitation et de ses priorités.

Certains systèmes de conduite entrainent parfois des changements techniques importants et des couts d’investissement nettement supérieurs. Il convient donc de mettre au point des systèmes de conduite plus performants mais adaptés à la fois aux diverses entreprises et aux conditions techniques. Pour répondre à ces contraintes le CTIFL (Centre Technique Interprofessionnel  des Fruits et Légumes) de Balandran (prés de Nîmes en France) observe depuis 2011 un système de conduite qui porte le nom de Kim Green Bush ou KGB, mis au point par un australien, il y’a 15 ans. Il s’agit d’un gobelet constitué de nombreuses verticales à durée de vie limitée ou à renouvellement régulier qui offre un bon compromis dans la recherche d’un système de conduite performant et qui n’est pas contraignant pour le cerisier.

Le mode de conduite des arbres influence la quantité d’énergie lumineuse reçue par le feuillage. Les systèmes de conduite actuellement développés tiennent compte de ce facteur pour favoriser la photosynthèse,  le développement et la coloration des fruits ainsi que la formation des bourgeons floraux.

En Suisse quatre modes de conduite (drilling, ycare, palmette et solaxe) sur la variété de cerisier Summit greffé sur Gisela 5 ou PHLA ont été comparés durant 9 ans de culture. Les systèmes drilling (conduite de l’arbre sur 3 axes, système productif que l’axe avec des fruits de gros calibre) et le solaxe (conduite en axe avec arcure du sommet pour la maitrise de la hauteur) se sont avérés les plus intéressants pour la simplicité de conduite et le rendement par hectare.

En Allemagne, a été menée une étude comparative de 5 systèmes de conduite sur deux variétés de cerise merchant et new star greffées sur maxma 14 et gisela 5, après 10 ans d’essai il s’est avéré que le buisson et le fuseau sont les formes d’arbres les plus intéressantes. Le fuseau consiste au rabattage de l’axe principal chaque année pour renforcer les branches charpentières du bas de l’arbre.

Les systèmes de conduite du cerisier dans la vallée de Tigrigra

Depuis l’introduction du cerisier par les colons français dans la vallée de Tigrigra, le seul système de conduite qui a été adopté par les arboriculteurs demeure le gobelet. Le cerisier est donc cultivé en plein vent avec des distances de plantation variables entre 6mx5m et 6mx4m. La taille en gobelet est une forme de conduite adaptée à toutes les vigueurs de cerisier qui vise à étirer les branches dans la longueur. Cette taille de formation passe par les étapes suivantes :

  • 1ère année : rabattre la tige à 60cm du sol
  • Garder 4 à 6 charpentières et les rabattre à 2 tiers de leur longueur
  • Pincer les verticilles, éliminer les rameaux intérieurs et rabattre les charpentières à 2 tiers.
  • Procéder à un simple élagage du bois mal placé

Toutefois la taille du cerisier est délicate. Cette espèce comme arbre à noyau reste sensible aux plaies de taille. Ainsi la taille de fructification est pratiquée généralement en été après la récolte pour éviter l’écoulement de la gomme qui affaiblit l’arbre. Cette taille cherche à bien éclairer la ramure, renouveler les bouquets de Mai et obtenir des fruits d’un bon calibre et bien repartis sur l’arbre. (Le bouquet de Mai est le support essentiel des fruits de cerisier. C’est une formation très courte de 1 à 5cm qui se compose de 4 à 8 bourgeons à fleurs entourant un œil à bois terminal).

Les deux porte-greffes qui ont été utilisés à savoir le merisier et le Sainte Lucie 64, confèrent aux variétés une grande vigueur ce qui aboutit après un certains temps à une condensation du feuillage et à un manque de lumière dans le verger conduit en gobelet et ce malgré les faibles densités. (Voir photo)

Aussi le système du gobelet quoiqu’il demande un temps de travail hors récolte plus faible par rapport aux autres systèmes, la hauteur des arbres surtout à l’état adulte exige un temps de récolte élevé par l’utilisation des échelles ce qui influence significativement le cout de production et risque d’abimer les arbres.

L’amélioration de la rentabilité du cerisier passe par l’utilisation d’un système de conduite performant. Ce qui a poussé certains agriculteurs a créé de nouveaux vergers conduits avec d’autres systèmes modernes.

C’est le cas d’une société installée à coté du Douar Ait Amer Ouali à 4 Km d’Azrou qui a introduit en 2012 trois variétés à savoir Belge, Noir de Miched et Hatif de Burlat. Le système de conduite qui été adopté sur une exploitation de cinq ha est l’axe vertical avec arcure et incision. La  distance de plantation est de 5mx 3m. Après l’installation du filet anti-grêle, un dispositif de palissage a été instauré et composé de quatre étages de fil de fer galvanisé avec 80cm entre chaque étage. L’arcure consiste à conserver l’intégralité des prolongements avec un certain nombre de rameaux latéraux, en favorisant l’inclinaison, ce qui permet une meilleure capacité de renouvellement. Dans ce cas précis l’arcure  est pratiquée au cours des mois d’avril et mai sur des rameaux verts et tendres. L’opération consiste à arquer le rameau en le tordant légèrement. Les rameaux qui tendent à retourner à l’état normal sont palissés et attachés au fil de fer.

L’incision intervient uniquement dans les parties de l’axe bourrées de feuillage et sans rameaux latéraux. Elle permet la sortie des branches qui porteront la production.

Ce système de conduite demande un temps élevé de travail mais il est récompensé par une entrée précoce en production. D’ailleurs certains arbres ont commencé déjà à produire dans cette exploitation ( ? après 2 ans).

Plusieurs agriculteurs de la vallée de Tigrigra ont bénéficie de cette technique et certains d’entre eux ont déjà commencé à installer de nouveaux vergers conduits en axe dans la zone de Oued Mghra.

Le deuxième exemple d’amélioration du système traditionnel de conduite du cerisier en gobelet, est le cas d’un verger installé sur la route d’Ain Leuh lieu dit Adghagh conduit en gobelet attaché gardois avec des charpentières attachées dans toutes les directions. On n’a pas pu obtenir de données sur ce verger mais comme il apparait sur les photos c’est une plantation qui doit dater de cinq ans environ et qui est déjà entrée en production. Ce genre d’initiative mérite bien entendu d’être encouragé.

La technique d’attache permet de ralentir la croissance de la branche et de basculer à fruit. L’attache est assez compliquée à mettre en œuvre et couteuse en temps. Ces surplus sont compensés par l’entrée en production plus rapide. Pour les variétés à port fermé cette technique est incontournable.

Comme il est clair sur la photo les ceintures d’attache qui traversent la largeur des rangs empêchent le passage des machines pour le travail du sol et le désherbage.

En tout cas chaque système a des avantages et des inconvénients. L’amélioration de la rentabilité de la culture du cerisier nécessite un choix adéquat du système de conduite. Un tel choix doit tenir compte de la structure de l’exploitation, de la vigueur du porte-greffe, de la vigueur et du port du cultivar et de la densité à adopter au verger.