Select your Top Menu from wp menus

Céréales : Maïs, helminthosporiose

Céréales : Maïs, helminthosporiose

Helminthosporiose du maïs

Pr. Ezzahiri Brahim

Département de Productions, Protection et Biotechnologies Végétales

Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II-Rabat, Maroc

 

L’helminthosporiose commune ou fusiforme est une maladie foliaire du maïs. Elle apparait en été surtout dans les régions côtières du Maroc. La maladie est caractérisée par l’apparition de lésions fusiformes. Celles-ci vont se multiplier jusqu’à envahir la totalité du feuillage, en entrainant le desséchement prématuré des plantes malades.

La maladie entraine des pertes variables en fonction de la précocité des attaques et des conditions climatiques favorables, en l’occurrence des périodes d’humidité de saturation prolongées et des températures de 20 à 25°C.

En cas d’attaque précoce et en présence de conditions climatiques favorables, c’est l’ensemble du feuillage qui se dessèche précocement. Les pertes de rendement sont ainsi dues à la réduction du potentiel photosynthétique de la plante et au raccourcissement de la phase de remplissage du grain. La qualité fourragère du maïs malade est diminuée à cause de la baisse de la teneur en amidon. Ainsi, des mesures de protection du maïs sont nécessaires pour éviter les pertes qui sont occasionnées par l’helminthosporiose.

Description de la maladie

L’helminthosporiose commune du maïs est caractérisée par l’apparition de lésions de couleur vert huileuse qui prennent la forme de fuseau et sont parallèles aux nervures des feuilles (Figure 1). Ces lésions vont se multiplier jusqu’à envahir la totalité des feuilles (Figure 2). C’est à partir de la floraison que la progression de la maladie est plus rapide. La dissémination des spores du champignon se fait par le vent. Comme conséquence, de progression de la maladie, on assiste à un dessèchement prématuré des plantes malades.

La maladie est causée par le champignon Helminthosporium turcicum qui se conserve d’une année à l’autre sur les débris de la culture précédente. Ce qui fait que le risque de la maladie est plus important en monoculture ou en cas de retour fréquent du maïs dans la même parcelle. L’infection des plantes par le champignon est favorisée par des périodes prolongées, de 6 à 18h d’humidité de saturation à la surface des feuilles et des températures de 18 à 25°C.

       

Figure 1. Lésions fusiformes de l’helminthosporiose sur maïs

 

 

Figure 2. Attaque sévère du maïs par l’helminthosporiose

Lutte contre l’helminthosporiose

Le risque de développement de la maladie peut être réduit en adoptant des solutions préventives et curatives. Les premières se basent essentiellement sur l’enfouissement des résidus de la culture du maïs et l’utilisation de variétés tolérantes. Quant aux méthodes curatives, elles sont basées sur l’utilisation de fongicides appropriés. Le recours aux fongicides est justifié en cas d’apparition précoce de la maladie sur des variétés sensibles et à haut potentiel de production. Dans ce cas, le choix du produit de traitement et son positionnement sont déterminants dans le contrôle de la maladie.

Produit de traitement et son positionnement

Le fongicide Opera®Max de BASF, à base d’Epoxiconazole et de F500® a été testé avec succès contre l’helminthosporiose du maïs dans un essai conduit dans la région de Larache en 2015. Le fongicide a été testé en utilisant deux doses (1 et 2 l/ha). Le fongicide a étéappliqué dès l’apparition des premières lésions de l’helminthosporioses sur les feuilles basales (Figure 3). Cette apparition a coïncidé avec le stade 8 à 9 feuilles de la culture.

Cette application a permis la protection efficace de la culture jusqu’au stade de récolte de la culture destinée à l’ensilage (Figure 4). Le rendement en poids frais s’est amélioré de22% et de 31% respectivement pour les doses de 1 et 2 l/ha, en comparaison avec le témoin.

Figure 3. Stade d’application du fongicide Opera® Max, coïncidant avecl’apparition des premières lésions de l’helminthosporiose sur les feuilles basales.

                            

Figure 4. Effet du traitement à l’Opera®Max sur l’helminthosporiose en comparaison avec le témoin (à droite).

Aller à la barre d’outils