spot_imgspot_imgspot_imgspot_img

Le calcium : Rôle en agrumiculture

Le calcium et son rôle en agrumiculture

 

Rôle du calcium en tant que partie intégrante du complexe argilo-humi­que 

Le calcium est classé parmi les élé­ments majeurs, au même titre que les macro-éléments comme l’azote, le phosphore et la potasse (NPK). Il favo­rise l’action des micro-orga­nismes et intervient sur les proprié­tés physico-chimiques des sols, contribuant ainsi au maintien de leur structure et à l’amélioration de leur qualité, pour les rendre plus favora­bles à la culture et notamment leur aération, afin d’éviter le dessèche­ment.

Le calcium dans le sol se trouve sous forme de calcaire (plus ou moins actif) ou calcium échangeable lié au com­plexe argilo-humique. Il existe un équili­bre constant entre ces formes de cal­cium.

Les terrains acides sont défavorables à la vie microbienne du sol et des fonctions qu’elle assure (fixation de l’azote at­mosphérique, humification etc.). De même, L’alimentation miné­rale est dé­fectueuse en sols acides. La correction de l’acidité se fait par chaulage (amen­dement calcaire) : apport de chaux (Ca++ et Co3). L’action du calcium sur la structure des sols acides (pH <7) est une ac­tion mécanique avec conséquence chimique. Le but est de déloger les ions hydrogène et de les remplacer par le calcium entraînant l’élévation du pH (alcalinisation) de la solution du sol.

 

Effets du calcium sur la plante  

Le calcium joue un rôle physiologi­que important en tant que compo­sant essentiel de la paroi cellulaire : Il est in­dispensable pour le dévelop­pement ra­cinaire (stimulant pour le système radi­culaire jeune) et à la fécondation (for­mation et croissance du tube pollinique). Par ailleurs, et en tant que constituant de l’épiderme il améliore sa solidité et sa ré­sistance contre les moisissures sur fruits. Sans calcium il y a un ris­que de maladies (nécrose apicale) en raison de la mauvaise formation de callose (tissu réparateur lors d’atta­ques fongiques). Il est néces­saire à la bonne constitution de la pulpe des fruits, agit sur leur crois­sance et influe sur la qualité (cali­bre) et la bonne conservation de la production fruitière en retardant le flétrissement et le brunissement in­terne. C’est aussi un antitoxique à l’égard des acides organi­ques en excès et il en­tre dans la consti­tution de certaines enzymes.

 

Les apports en calcium 

Il est nécessaire d’apporter réguliè­re­ment au sol les oligo-éléments pour compenser leur manque ainsi que du calcium échangeable, pour l’absorption par la plante, en quan­tités modérées tout au long de la saison et tous les ans.

Absorption du calcium : en raison de la faible mobilité du calcium, un apport conventionnel en foliaire n’est qu’un complément nécessaire mais non suffi­sant, d’où la nécessité d’en apporter au niveau racinaire (engrais de fond ou hy­drosolubles), et de penser bien à l’avance aux apports. L’apport de cal­cium avec les engrais de fond est effec­tive­ment une anticipation pour prévenir les risques ultérieurs.

Il est nécessaire, de même de res­pecter l’équilibre Na / Ca, de réduire l’azote si on augmente le calcium (synergie avec les apports azotés) et de mettre à profit la synergie bore calcium : l’absorption du calcium est améliorée par le bore.

Au contraire, il existe entre les di­vers éléments un certain nombre d’interactions qui font qu’en général, un élément s’oppose à l’action d’un autre : les deux éléments sont dits antagonis­tes. Par exemple, le cal­cium peut être antagoniste du fer. Ici au Maroc, l’excès de calcaire ac­tif dans les sols peut être suscepti­ble de produire la chlorose fer­rique, due à une déficience en fer ou en­core entre le potassium et le cal­cium, le magnésium et le calcium.

 

Solutions proposées   

Il faut donner à la plante ce dont elle a besoin et veiller à l’équilibre nutri­tionnel, mais il est inutile de lui don­ner des élé­ments en quantités ex­cessives (aucun profit pour la plante). Trois formes d’apports sont donc envisageables :

  1. Apport solide

Un apport de base est indispensable-le au démar­rage mais il doit être obligatoi­rement complété. Le chlorure de Ca est à éviter en raison de sa toxicité à la longue et de l’augmentation de la sali­nité du sol.

Aujourd’hui, sur le marché sont dis­poni­bles des engrais PK enrichis en cal­cium, et tout à fait adaptés à la fumure de fond en agrumiculture.

A noter qu’un apport d’azote apporté trop tôt et en trop grosse quantité, peut être à l’origine de la chute des fruits.

  1. Complément liquide

Apports foliaires répétés car le cal­cium est naturel­lement peu mobile

  1. Apport en fertigation

Le calcium est un élément efficace, à absorption racinaire, dont l’apport doit être répété.

 

 

 

 


 

 

 

Similar Articles

Comments

Advertismentspot_img

Instagram

Most Popular