Select your Top Menu from wp menus

Arboriculture : Interproma 2016

Arboriculture : Interproma 2016

Interpoma 2016

Une dixième édition couronnée de succès

 

Seul événement dans le monde dédié exclusivement à la culture, la conservation et la commercialisation des pommes, Interpoma s’est tenu cette année du 24 au 26 novembre à Bolzano, capitale de la région du Sud Tyrol (Italie). Le salon  biennal qui a soufflé cette année ses 10 bougies s’est agrandi et a occupé l’ensemble des quatre secteurs de 25 000 m2 du centre des Expositions de Bolzano. L’événement a été couvert par pas moins de 150 journalistes du monde entier représentant les principales publications spécialisées du secteur. La revue Agriculture du Maghreb était présente et décrit à ses lecteurs l’ambiance de l’édition 2016.

 

[smartslider3 slider=116]

Le Tyrol du Sud est la plus grande zone contiguë de production de pommes dans toute l’Europe. Grâce à sa situation géographique, son savoir-faire et à ses normes technologiques, il figure parmi les premières régions productrices de pommes. Bolzano, en tant que capitale du Tyrol du Sud, est par conséquent l’endroit idéal pour accueillir un salon de renommée mondiale sur la pomme. Une expérience sur 360°, axée sur les affaires, le transfert de technologie, la gastronomie et la nature,

Sur une surface de 25.000 m2 totalement occupés, 460 exposants provenant de 24 pays différents ont présenté leurs produits, services ou leurs innovations les plus prometteuses: pépinières, emballages de toute sorte, machines de conditionnement, tracteurs fruitiers, machines d’éclaircissage, de taille et de récolte, fertilisants, produits de protection des vergers respectueux de la nature, matériel de transport, dispositif de conservation des fruits, drones, dispositif anti grêle et anti-gel… Le salon est également l’occasion de présenter de nouvelles variétés de pommes, notamment grâce à la participation à l’événement d’importants centres de recherche.

Cette année ce sont 20.000 visiteurs venus de plus de 70 pays qui ont déambulé dans les allées du salon et qui ont pu s’informer sur les nouveautés et les tendances des techniques de sélection, de production, récolte, emballage,  conditionnement,  conservation, logistique… C’est le résultat, entre autres d’une intense opération de promotion internationale menée par les organisateurs du salon, et qui a permis de réunir à Bolzano, plus d’une centaine d’acheteurs importants, avec des délégations d’opérateurs sectoriels venant de l’extérieur de l’Europe, notamment d’Amérique du Sud, d’Australie, de Chine, d’Inde, de Turquie, du Moyen-Orient, d’Afrique du Sud et de Russie.

Conscients de l’importance de ce salon référence, de nombreux professionnels marocains ont fait le déplacement. Parmi eux des producteurs, des gérants d’exploitations arboricoles, des pépiniéristes, des conseillers, des bureaux d’étude, … venus s’inspirer de l’école italienne en pomiculture et des avancées réalisées dans la région du Tyrol en matière de choix variétal, de densité de plantation, de mécanisation des différentes opérations (taille, éclaircissage, récolte), d’optimisation des apports en eau et en fertilisants et de contrôle raisonné des parasites des vergers dans le respect total de la santé du consommateur et de l’environnement. En effet, étant donné que la plupart des vergers de pomme au Maroc sont soit gérés de manière encore traditionnelle avec de faibles densités de plantation et peu de soins apportés, soit gérés selon le modèle français. Il y aurait donc une grande marge d’amélioration des rendements et de la qualité, surtout que les zones de production avec un nombre d’heures de froid suffisant pour cet espèce sont très limitées au Maroc. Par ailleurs, nous avons beaucoup à apprendre de l’organisation de la filière Tyrolienne de la pomme.

En effet, la production de la région est livrée presque intégralement à des coopératives. Malgré la taille modeste des exploitations (2,5 ha en moyenne), la clef de leur succès réside dans l’organisation des producteurs avec la mise en place et la gestion des organismes de services dont ils ont besoin (formation, conseil technique, recherche, certification…) avec l’aide des autorités régionales.

Ainsi, 94% des pommiculteurs sont membres d’une des 23 coopératives, regroupées elles-mêmes au sein de deux grandes structures en charge de la commercialisation. Le rôle central des organisations de producteurs et la complémentarité des fonctions entre des acteurs privés et publics est remarquable. A noter que depuis une dizaine d’années, la grande tendance est à la fusion de coopératives dont la dimension atteint de plus en plus souvent 20.000 à 60.000 tonnes, avec d’énormes investissements dans les équipements de stockage et conditionnement.

 

L’utile et l’agréable

A l’occasion du dixième anniversaire d’Interpoma, les organisateurs du salon ont collaboré pour la première fois avec la ville de Bolzano afin d’organiser au centre-ville des initiatives et des manifestations autour du monde de la pomme. Les habitants ont ainsi eu l’occasion de voir un des produits d’excellence du territoire, et un des plus importants produits de l’économie locale, mis en valeur. Les visiteurs quant à eux ont pu découvrir pour la première fois « l’envers du salon » de la pomme grâce à différentes initiatives spécialement pensées pour un public hétérogène et international.

 

Quelques innovations observées à interpoma

 

Vers une agriculture de précision

La société italienne AEROMATICA3D apporte des solutions pour une agriculture de précision, grâce à sa gamme de drones spécialisés. L’utilisation de ces dispositifs représente une alternative avantageuse au travail que l’humain réalise sur le terrain et qui nécessite souvent plusieurs jours de labeur (économies de temps et d’argent).

Disponibles en différents modèles, ces drones peuvent remplir de nombreuses fonctions. Certains par exemple sont spécialement conçus pour survoler les champs et faire la collecte de données spécialisées à l’aide de la photographie aérienne et ainsi, produire des cartes précises qui donneront au producteur un portrait juste de son exploitation et permettront d’adapter les interventions (utilisation efficiente des intrants). D’autres modèles munis de réservoir de 12 litres ont été conçus pour la pulvérisation précise de produits de traitement des cultures (pesticides, engrais liquides ou granules) apportant de nouvelles solutions de traitements ciblés pour une multitude d’applications.

Un autre modèle, équipé d’un kit de distribution libère précisément, à l’aide d’un GPS, des capsules d’auxiliaires Trichogramma pour lutter contre les parasites de maïs.

 

Lutte contre le carpocapse

Puffer® est une technologie innovante mise au point par la société Suterra pour la lutte contre les carpocapses par confusion sexuelle dans les vergers de pomme, poire et noix. Elle est constituée d’une bombe aérosol contenant la phéromone, d’un minuteur, d’une cabine de protection et d’une accroche. L’aérosol contrôlé électroniquement par le minuteur, libère à intervalle de temps régulier la phéromone dans le verger. La phéromone est diffusée le soir et la nuit pendant le vol des carpocapses. 2 à 3 puffers® / ha en moyenne sont positionnés dans le verger. Chacun émet un halo de phéromone de 75 m de large (à sa pleine ouverture) et 250 m de long. Le recoupement de l’ensemble des halos permet une couverture complète de la parcelle.

Les atouts de la technologie sont :

– Temps de pose réduit : seulement 20 à 30 min/ha

– Efficacité identique à celle des diffuseurs

– Libération de la phéromone régulière pendant toute la durée de diffusion et indépendante des conditions climatiques

– Libération de la phéromone optimisée pendant le vol des carpocapses (soir et nuit)

– Pas de dégradation de la phéromone par les UV

– Sécurité pour l’utilisateur – Aucun contact avec le produit lors de la pose –

 

Couvre sol réfléchissant

La lumière joue un rôle majeur dans la coloration rouge des pommes, principalement dans les dernières semaines qui précèdent la première récolte. Facile à installer, les couvresol ont été développés pour garantir une réflexion optimale de la lumière, au cœur du verger (30 % de lumière en plus, par tous temps) avec une valeur ajoutée incontestable, pour des vergers équipés de filets anti-grêle). Ils permettent ainsi de stimuler en très peu de temps la coloration optimale des pommes améliorant ainsi le taux de pommes 1er choix. Selon les concepteurs, il s’agit d’un investissement rentable puisque les gains supplémentaires permettent d’amortir l’investissement après une ou deux saisons. Durable et réutilisable, ces couvresols résistent aux contraintes mécaniques et à toutes les conditions météorologiques.

 

Eolienne antigel mobile

Cette éolienne de la société Schillinger est faite pour protéger les cultures contre le gel de printemps. La protection est basée sur l’inversion de la température. Déplaçable selon les besoins à l’aide d’un tracteur ou d’un véhicule utilitaire vers l’endroit requis, elle permet de travailler dans le sens du courant d’air froid ou en rotation complète. Elle offre de nombreux avantages notamment :

– Tour éolienne repliable et mobile
– faible consommation de carburant (5 litres/heures)
– démarrage et arrêt automatiques

– ne connaît donc aucune perte de flux d’air

– vitesse de rotation ajustable

 

Vers des vergers éco-responsables

Depuis sa création, la pépinière Grard s’est fixé pour objectif d’approvisionner le marché avec des variétés qui apportent une nette amélioration par rapport aux variétés existantes, comme la rusticité, la qualité générale du fruit, la qualité gustative, les résistances aux bio-agresseurs … Sur son stand au salon Interpoma, la pépinière a axé sa communication sur les variétés Story et Mandy. Il s’agit de deux nouvelles variétés résistantes à la tavelure, problème qui se pose avec acuité en Italie. Opter pour ce genre de variétés permet aux producteurs de réduire jusqu’à 30% le recours aux traitements phytosanitaires (pommes plus saines, réduction des charges). La variété Story a été introduite au Maroc il y a 4 ans et a été bien accueillie par les producteurs qui commencent à prendre conscience de l‘intérêt d’utiliser des variétés résistantes. Ne comptant pas s’arrêter en si bon chemin, la pépinière continue à rechercher des variétés offrant encore plus de résistances (oïdium, carpocapse…).

Le stand de Grard Pépinière a reçu la visite de nombreux producteurs marocains qui ont fait le déplacement. En effet, la pépinière accorde une grand importance au marché marocain et a même créé une filiale au Maroc pour être plus proche de la clientèle, comprendre ses attentes et la conseiller afin de déterminer les variétés les plus adaptées aux conditions particulières de chaque exploitation.

Pour rappel, Les pépinières Grard font également partie des partenaires fondateurs du ABC-z Group géant mondial de l’obtention et de la diffusion.

 

Eclaircissage mécanique

La machine d’éclaircissage Darwin de la société Fruit-Tec permet de réaliser un bon éclaircissage sans recours aux produits chimiques. Les résultats sont :

– Augmentation du calibre et de la qualité des fruits

– Faible coût d’éclaircissage

– Briser l’alternance

– Rendement en surface élevé

– Utilisation possible indépendamment de la météo

– Utilisable pour toutes les espèces d’arbres fruitiers

– Possibilité de régler le niveau d’éclaircissage en fonction des objectifs de production.

– Plus sûr et parfois même plus efficace que l’éclaircissage chimique très délicat à maitriser et fortement dépendant des conditions climatiques au moment du traitement. Il est aussi beaucoup plus rapide que l’éclaircissage manuel tout en évitant les contraintes de disponibilité de la main d’œuvre et sa formation.

 

Bien déterminer la date de récolte

Le DA-Meter de la société italienne TR Turoni est un outil spécial qui aide les fruiticulteurs à déterminer le stade de maturité optimal de leurs cultures. Le DA-Meter répond ainsi à une demande cruciale dans le domaine fruitier puisque le potentiel de durée de vie du fruit et la qualité sont étroitement liés à l’étape de maturation à la récolte. Appareil portable, il permet de contrôler la maturation du fruit sur-arbre, et permet d’établir précisément le bon moment pour une récolte optimale et réduire la variabilité, présente dans les lots de fruits. Le DA-Meter, basé sur une mesure par spectrométrie infrarouge, permet une mesure non destructive du fruit en mesurant la diminution de la teneur en chlorophylle immédiatement sous la peau pendant la maturation.

 

Conservation par l’ozone

Les systèmes Biofresh contrôlent l’atmosphère, améliorent la qualité et la commercialisation des produits frais. L’entreprise met en avant deux principales activités :

– les systèmes de gestion de l’ozone pour la conservation en chambres froides et pendant le transport des fruits et légumes. Ces systèmes utilisent ce gaz naturel pour réduire les pertes de fruits et légumes dues aux contaminations microbiennes.

– les systèmes de gestion de l’éthylène (pour la conservation de pommes de terre et d’oignons) qui utilisent l’éthylène naturel pour supprimer la germination, principale cause de pertes de pommes de terre. En ne laissant pas de résidu chimique dangereux sur le produit.

 

Visites sur le terrain

Au vu du grand nombre de demandes les années précédentes, les organisateurs ont multiplié les visites guidées réservées aux visiteurs de la foire. En effet, chaque jour, des visites dans deux ou trois lieux de production dans les alentours de Bolzano ont été organisées avec pour objectif de montrer aux opérateurs internationaux les méthodes de production, de conditionnement et de stockage des pommes dans le Haut-Adige. Ces visites étaient par ailleurs une occasion pour les visiteurs d’apprendre davantage sur l’histoire de la pomiculture dans la région du Tyrol du Sud.

 

Congrès « La Pomme dans le Monde »

Parallèlement à Interpoma s’est tenu le traditionnel congrès international «La pomme dans le monde». Au total, une vingtaine d’intervenants, originaires des plus importantes zones de production de pommes au monde, ont abordé les sujets les plus chauds du moment.

La première journée a été consacrée au marché des pommes. Ont été abordées les manières de réagir au moment critique que semble traverser le secteur avec un aperçu sur les nouvelles exigences des marchés et des importateurs. Un expert en statistiques était présent pour fournir différentes données sur la consommation de pommes, en diminution constante depuis des années, et pour expliquer les raisons de ce déclin et les solutions possibles pour sortir de cette impasse. Néanmoins, les intervenants restent optimistes quant à l’avenir des pommes et des produits à base de pommes.

A également été abordé le thème de l’intensification et de la durabilité de la pomiculture, ou comment produire plus avec moins de ressources ou avec de meilleures ressources. L’idée est que la technologie peut aider à réduire considérablement l’impact sur l’environnement, par exemple par des techniques pour l’interception de la lumière ou pour la cueillette robotisée. La première journée a été conclue avec une analyse démographique concernant les données sur la consommation de pommes en Europe et dans le monde. Actuellement, les consommateurs cherchent de plus en plus la qualité, le goût et la sécurité et sont prêts à payer davantage pour ces éléments distinctifs.

Lors de la deuxième journée, le débat a porté sur les nouvelles tendances de la consommation et l’importance des attributs sensoriels dans la décision d’achat. Grande fraicheur, durabilité et certification: voilà ce que le nouveau consommateur attend d’une pomme, et le goût devient de plus en plus central. Aujourd’hui les consommateurs sont curieux et veulent essayer de nouvelles choses, ils sont soucieux de leur santé, évitent les choses traditionnelles, recherchent la qualité, et sont prêts à payer plus pour ça.  

Les intervenants ont illustré l’importance des facteurs sensoriels (apparence, texture, parfum, goût et odeur) dans la définition d’une préférence et la corrélation entre ces caractéristiques et les caractéristiques sociodémographiques des consommateurs. On apprend ainsi que la culture, le style de vie ou l’expérience de consommation antérieure influent sur la perception du consommateur. Par conséquent, ce ne sont pas seulement les éléments intrinsèques du produit qui sont importants dans une décision d’achat. Une étude pour déterminer les facteurs de préférence pour les denrées, les facteurs démographiques et les processus de production ont montré une plus grande volonté d’achat à la suite d’une meilleure communication sur les caractéristiques sensorielles de la pomme: la croustillance, la maturité, la douceur et le parfum.

Le troisième jour a abordé les thèmes de l’innovation dans le domaine de la science, de la recherche et de la technologie dans le secteur de la pomme, à commencer par la pépinière. Le Tyrol du Sud est réputé pour son haut niveau de qualité basé sur l’expertise de ses pépinières, ce qui assure une excellente base de départ pour les producteurs de fruits dans la région. Pour les pépinières du Tyrol du Sud, la prévision correcte de la demande est essentielle compte tenu de la longue période de séjour des plantes en pépinière (2-3 ans) et le large éventail de variétés disponibles.

Ont également été discutés les différents systèmes d’élagage et les types de conduite des vergers. L’objectif principal est d’obtenir des rendements élevés, constants et de bonne qualité. Ceci est possible grâce à une analyse minutieuse des conditions climatiques et géologiques du territoire. L’interception de la lumière et le type d’élagage mis en place sont importants: la tendance principale est de rationaliser les formes des arbres afin d’accroître l’exploitation de la lumière du soleil sur la paroi fruitière et d’éviter le problème de la domination apicale. La conception des vergers est très importante dans le Tyrol du Sud, car elle permet d’exploiter l’espace disponible limité.

Autre point abordé, la gestion de l’irrigation des systèmes de pomiculture. Au Tyrol du Sud, la gestion de l’irrigation ne concerne pas seulement les périodes sèches pendant l’été, mais elle est également importante au printemps comme protection contre le gel des bourgeons. L’intervention humaine s’avère donc fondamentale aussi pour éviter une sur-irrigation, qui entraînerait un rendement trop élevé au détriment de la qualité des pommes, la prolifération potentielle des agents pathogènes et la dilution des nutriments du sol.

A noter qu’il existe une plate-forme internationale « Monalisa » à laquelle participent différentes stations expérimentales pour contrôler les paramètres clés de l’environnement alpin, afin de garantir une production de qualité. Le projet est axé sur la surveillance environnementale de la région du Tyrol du Sud. La collecte de données physiques sur l’écosystème est rendue possible par des stations de mesure et des sondes placées dans des vergers individuels, dans le but de créer un système capable de fournir aux producteurs des informations prévisionnelles.

Enfin, le thème de l’innovation technologique dans les machines utilisées en culture fruitière a conclu la conférence. En effet, grâce à une prise de conscience croissante de la néo-écologie, l’innovation joue un rôle de plus en plus important. Un aperçu a ainsi été donné sur les tendances liées à la connectivité et la coordination intelligente des activités homme-homme, homme-machine et machine-machine. Selon les intervenants l’avenir de l’agriculture réside dans des facteurs tels que les moteurs électriques, le recours accru à la mécatronique, la numérisation des machines et l’utilisation d’équipements automatisés.

 

Le Camp d’Innovation Interpoma :

des idées très innovantes pour le marché de la pomme

 « Le Camp d’Innovation Interpoma » est une plateforme de réflexion pour l’avenir du marché de la pomiculture. Tenues en marge du salon, ces deux journées de travail intense ont réuni cinq équipes internationales composées de talents, de startups, d’entreprises et de chercheurs qui ont apporté leurs idées innovantes, à la recherche de solutions qui permettraient sur le plan technique d’améliorer les résultats de la filière pommes.

“Avec le premier “Camp d’Innovation Interpoma”, la Fiera Bolzano veut devenir un lieu de réflexion sur l’avenir du secteur de la pomme. – affirme Thomas Mur, Directeur Général de la Fiera Bolzano – Notre objectif est d’aider la filière pomicole à évoluer. En effet, cette plateforme rassemble des talents internationaux hétérogènes qui élaborent des projets d’amélioration en mettant l’accent sur le marché, le modèle d’entreprise, les consommateurs et sur les bénéfices que ces solutions peuvent apporter. » De nombreuses entreprises, de jeunes talents, des experts de la filière et des startups à l’échelle internationale ont été invités à cet événement. Le but de ces journées a été de laisser de côté l’individualisme et de faire place au travail d’équipe. En effet, 5 équipes ont été constituées et, avec le conseil et l’appui de spécialistes du secteur, chacune a travaillé au développement d’une idée qui apporterait une solution concrète à la filière pommes.   

« Repple » est l’équipe primée pour la meilleure idée en termes de concept, de développement, de présentation et de modèle d’affaires: le groupe « Repple » a travaillé sur un procédé d’extraction de l’huile de pépins de pomme, utile dans le domaine des cosmétiques et des produits pharmaceutiques. Une innovation applicable au marché et à fort rendement. Ce procédé d’extraction écologique, comparé à d’autres systèmes d’extraction déjà existants, permet d’obtenir une huile de haute qualité à partir de ces pépins. Ce projet peut être très utile pour toute la chaîne de production : des agriculteurs qui produisent la matière première aux entreprises qui traitent le produit et peuvent donc récupérer les pépins qui seraient jetés d’ordinaire. Les fabricants de produits pharmaceutiques pourront également exploiter ce précieux composant dans leurs formulations.

L’équipe Smart Orchard, dans laquelle la France, la Serbie, le Nigeria et l’Italie étaient représentés, a obtenu la deuxième place. Son projet vise à développer une intelligence artificielle ou la création d’une application qui aura assurément un impact important sur la santé et l’environnement.Cette application retranscrit et croise les données fournies par des capteurs qui analysent les composantes nutritionnelles des plantes, les données des stations météorologiques qui prévoient les phénomènes atmosphériques et les données des jauges et des débitmètres. Le producteur aura alors les bonnes informations au bon moment, ce qui lui permettra de réduire sa consommation d’eau et d’engrais, d’augmenter le calibre des fruits, de surveiller les conditions météorologiques et donc de mieux gérer les différentes étapes de la culture.

La troisième idée récompensée est une idée marketing appelée « Suivez votre pomme ». L’objectif est de faire mieux connaître la filière pommes au consommateur et d’aider à mieux commercialiser la pomme grâce à des actions marketing ciblées. Cette application vise à divertir les consommateurs qui, grâce à un code placé sur la pomme, peuvent gagner des prix en ligne et également accéder à différents types d’informations sur les pommes : leur production, les différentes variétés, leurs propriétés et leurs caractéristiques. Cette application permet au consommateur de prendre conscience de la qualité du produit qu’il consomme et cela permet également aux opérateurs de maintenir des prix élevés pour ce type de produits qualitatifs.

Toutes les équipes ont travaillé avec enthousiasme et ont contribué à l’innovation, aujourd’hui plus importante que jamais. Deux autres idées ont été soumises au jury international du « Camp d’Innovation Interpoma » mais n’ont pas été primées :

– l’équipe Revotree-ThinkWaterless qui a travaillé sur la création de capteurs pour l’irrigation du sol.

– l’équipe Rainbow Nets qui a développé un filet capable de répartir la lumière selon ses différents spectres. Le filet permet à la lumière d’une certaine couleur de « frapper » le fruit, selon son stade de maturation et d’obtenir des résultats optimaux en termes de qualité.

 

Le « Camp d’Innovation Interpoma » a permis d’apporter de nouvelles perspectives à la filière pommes. Il peut donc prendre plus d’ampleur pour les prochaines éditions. Cet atelier de réflexion a démontré ce qui peut être réalisé en deux jours de travail. Grâce à des méthodes de travail novatrices et à des procédés dignes des startups, le groupe de recherche qui a été créé, a proposé de nouvelles perspectives pour améliorer l’écosystème et la filière pommes.

 

La filière pomme italienne

Un exemple d’organisation et d’intégration

 

Avec près de 2 millions de tonnes, l’Italie est le deuxième plus grand producteur de pommes en Europe. Les vergers de pommiers sont situés à plus de 80% dans le Nord du pays, notamment dans le Tyrol du sud qui concentre 50% de la production italienne, 10% de la production européenne et 2% de la production mondiale.

 

Dans la région autonome du sud Tyrol, les vergers de pommiers s’étendent à perte de vue. La province est située sur le versant sud des Alpes au nord de l’Italie et le terroir est caractérisé par des altitudes de production comprises entre 200 et 1.200 mètres, des précipitations moyennes annuelles de 800 mm et 2000 heures d’ensoleillement par an. Elle allie de ce fait les avantages climatiques de la montagne au climat relativement doux des vallées.

Plus de 8.000 familles vivent de cette production qui couvre près de 18.400 hectares (sur 27.000 ha de vergers), soit 15% du total européen, produisant à peu près un million de tonnes de pommes dont la moitié est destinée à l’exportation. La culture de la pomme au Tyrol du Sud représente 55% de la richesse agricole de la région, 67% des exploitations ont entre 2 et 10 hectares des terres cultivables. Le rendement à l’hectare a augmenté de 63% au cours des vingt dernières années, atteignant les limites supérieures de la productivité.

La production est livrée presque intégralement à des coopératives. Malgré la taille modeste des exploitations, la clef de leur succès réside dans l’organisation des producteurs avec la mise en place et la gestion des organismes de services dont ils ont besoin (formation, conseil technique, recherche, certification…) avec l’aide des autorités régionales.

Ainsi, 94% des pommiculteurs étaient membres d’une des 23 coopératives, regroupées elles-mêmes au sein de deux grandes structures en charge de la commercialisation. Le rôle central des organi­sations de producteurs et la complémenta­rité des fonctions entre des acteurs privés et publics est remarquable. A noter que depuis une dizaine d’années, la grande tendance est à la fusion de coopératives dont la dimension atteint de plus en plus souvent 20.000 à 60.000 tonnes, avec d’énormes investissements dans les équipements de stockage et conditionnement.

Depuis 2005, treize variétés de pommes sont produites dans la région, mais les plus cultivées sont Golden Delicious sur 37% des surfaces, Gala (13%), Red Delicious (9%), Braeburn (7%) et Granny Smith (6%). L’environnement de production a une grande influence sur les caractéristiques et la qualité de la pomme. En effet, les conditions de montagne accentuent certains traits qualitatifs : coloration, texture, croquant de la chair, richesse en polyphénols et autres substances nutritives, etc. C’est la raison pour laquelle les consortiums de producteurs ont développé des signes distinctifs de qualité de leurs terroirs de production (IGP et AOP) qui sont des atouts de taille pour la communication. En général, il s’agit de marques commerciales d’exploitation gérées par des consortiums de producteurs dans leurs territoires respectifs (Val Venosta, Melinda, Marlène, Melavì…).

 

 

Aller à la barre d’outils