spot_imgspot_imgspot_imgspot_img
spot_imgspot_img

Arbooticulture : Pollinisation et conservation pommes

Pollinisation et conservation des pommes

 

L’importance de la pollinisation dans la mise à fruits et la qualité des pommes a été jusqu’à présent bien démontrée. En plus d’améliorer les qualités originales des fruits, les pommes mieux pollinisées se conserveraient mieux. Cet article présente les résultats d’une étude sur la conservation de la pomme en fonction du taux de pollinisation.

[smartslider3 slider=110]

La conservation de la pomme après la récolte demeure une préoccupation importante pour les pomiculteurs. Plusieurs facteurs affectent la conservation des fruits. Par exemple, le contrôle de température et d’hygrométrie de même que le contrôle du régime gazeux environnant les fruits  réduisent l’intensité des processus métaboliques et font en sorte que la conservation en entrepôt est grandement améliorée. Les producteurs ont beaucoup investi en infrastructures leur permettant de prolonger la conservation.

Cependant d’autres facteurs peuvent aussi avoir un effet sur la conservation et parmi ceux-ci, la composition interne de la pomme peut aussi influencer la conservation en entrepôt. Ainsi, la teneur en calcium dans les tissus de la pomme serait en relation avec la conservation. De plus, le taux de pollinisation des fruits pourrait être en relation avec la composition chimique des fruits et par le fait même avec la conservation.

Une étude sur l’état de conservation de pommes Mclntosh et Lobo entreposées en chambre réfrigérée a été menée en mettant en évidence quelques propriétés physiques et chimiques des pommes en fonction du taux de pollinisation ou du nombre de pépins.

Les arbres choisis étaient des pommiers standards d’un même verger et de vigueur semblable. Quelques caractéristiques de qualité des fruits comme la proportion de rouge (COULEUR’), les  solides solubles (SUCRE`), la symétrie radiale (RATI) ) et la symétrie axiale (DIFFO ») ont été évaluées. La conservation a été vérifiée en mesurant deux paramètres : la perte de poids (DIE P ») et la perte de fermeté (D PRESS »‘). Sur un nombre plus restreint de pommes, des dosages de calcium et de cendres ont été effectués.

La récolte a été effectuée le 12 septembre et les mesures de conservation ont été prises le 15 de chacun des mois de septembre, octobre, novembre et décembre.

La qualité des fruits est étroitement liée au taux de pollinisation. Dans ce projet, il a été possible de montrer que les pommes disposant d’un plus grand nombre de pépins étaient à la fois plus grosses, plus rouges et moins difformes. En plus d’améliorer la qualité des fruits, les résultats obtenus dans le projet indiquent que la conservation est meilleure lorsque le nombre de pépins est supérieur.

 

Perte de poids

La perte de poids a augmenté principalement avec la durée d’entreposage. Ainsi, en septembre, elle était de l’ordre de 0,3% et a augmenté graduellement jusqu’à 2,6% en décembre. À partir du mois d’octobre, les pommes qui disposaient d’un plus grand nombre de pépins ont perdu moins de poids.

Après trois mois de conservation, les pommes disposant de 8 pépins et plus avaient subi 21% moins de pertes de poids que les pommes de moins d’un pépin.

 

Perte de fermeté

Une des caractéristiques intéressantes témoignant d’une bonne conservation est la perte de fermeté. Elle a augmenté principalement avec la durée d’entreposage, mais le nombre de pépins diminue quelque peu la perte de fermeté.

 

Teneur en calcium

La concentration en calcium au niveau de la chair de la pomme tend à augmenter avec le nombre de pépins. La concentration est passée d’environ 160 ppm pour 0 et 1 pépin à près de 200 ppm pour les pommes de 10 pépins et plus. Quelques études montrent que la conservation de la pomme est, supérieure lorsque la teneur en calcium des fruits est plus grande. Cette étude montre aussi qu’une plus forte concentration en calcium favorise une meilleure conservation tant du point de vue de la perte de poids que de la perte de pression.

 

Ce projet a pu mettre en évidence que le taux de pollinisation améliore la conservation à court terme (3 mois). Il aurait été souhaitable de prolonger la conservation afin de mieux démarquer l’effet pollinisation sur la conservation à long terme. Ce projet confirme l’importance de la pollinisation non seulement au niveau des qualités originales des fruits mais aussi au niveau de la conservation après la cueillette.

 

Source : Centre de recherche et d’expérimentation de Deschambault (Québec)

Similar Articles

Comments

Advertismentspot_img

Instagram

Most Popular