spot_imgspot_imgspot_imgspot_img

Maraîchage : Melon au Maroc 2017, le marché local

Melon marché local

Le melon est incontestablement l’un des fruits d’été les plus appréciés des consommateurs marocains. La demande sur le marché local s’oriente vers trois types de melon à savoir : Galia (fruit rond, chair verte, extérieur brodé), Ananas (plus allongé, chair blanche crème, extérieur identique au Galia) et Jaune canari (allongé, chair blanchâtre, extérieur jaune, lisse ou ridé).

[smartslider3 slider=42]

 

Lors de la précédente campagne, le manque de précipitations et les épisodes de chergui ont influencé négativement la production tardive (semis des mois d’avril et mai) dans la région nord du Maroc, de Casablanca à Oujda. Cependant, coté prix, les professionnels interrogés considèrent que la campagne était généralement bonne pour les 3 types de melon. Ainsi, pour la production du melon jaune canari sous tunnel nantais, les prix étaient compris entre 65 à 70.000 dh/ha, soit une moyenne de 1,50 à 3 dhs/kg.  Pour les types galia et ananas, les prix étaient compris entre 3 et 5 Dh/kg. En fait, la commercialisation des trois types de melon est liée aux superficies plantées chaque année.

Coté production, les problèmes phytosanitaires les plus rencontrés par les melonniers au Maroc sont les maladies cryptogamiques suivies des acarioses. A noter que l’une des solutions utilisées pour lutter contre les maladies du sol telle que la fusariose du melon, est le recours au greffage bien que certains producteurs considèrent que son coût diminue la rentabilité de la culture. Concernant les maladies foliaires telles que le mildiou, l’oïdium et l’alternariose, les producteurs utilisent principalement la lutte chimique. C’est dans ce sens que les semenciers cherchent continuellement  à développer des variétés résistantes ou tolérantes afin de répondre aux besoins des producteurs (limiter les traitements et proposer des fruits plus sains).

 

Superficies et Variétés dominantes

 

Melon type Galia

Ce type présente des avantages comme la précocité et le prix, mais son principal inconvénient est sa sensibilité aux maladies et au froid. Une surface de 3 000 ha dont 90 % en plein champ a été allouée à ce type de melon, principalement entre Agadir et Marrakech. A noter qu’une introduction de nouvelles variétés est observée ces dernières années. Les variétés dominantes sont : Gal 52  de Hi Tech Seeds très appréciée pour sa précocité, suivie de Montserney de Rijk Zwaan, Ideal de Syngenta, Dako de Clause et Sunrise de Hi Tech Seeds.

 

Melon type ananas

Cultivé à 90% dans la zone de Marrakech, le melon ananas est apprécié aussi bien par le consommateur pour son goût, que par le producteur pour sa rentabilité : rendement élevé, facilité de la conduite, calibre, précocité… C’est ce qui explique la progression continue que connaît ce type de melon au Maroc. La société Hi Tech Seeds domine ce segment grâce à sa variété Raymond qui a occupé près de 2700 ha lors de la précédente campagne, principalement sur Marrakech, tant au niveau du plein champ que sous abris en palissé. Les variétés dominantes sont: Raymond de Hi Tech Seeds, suivie de Summer d’Aphysem et Reem d’Agrimatco

 

Melon jaune canari

Environ 4200 hectares de melons jaunes hybrides ont été plantés l’année dernière principalement dans la région du Gharb. Le profil variétal est dominé par les variétés Star Plus d’Agrimatco et Hoda de Semapro.

 

Pour ces différentes typologies, le choix de la variété à cultiver revêt une importance majeure pour le producteur. Les caractéristiques les plus recherchées par ordre de priorité dans une variété de melon, sont :

1- La productivité, la résistance aux champignons du sol et une bon comportement vis à vis du froid et de la chaleur

3- Le calibre : galia entre 1.8 et 2.2 kg, Ananas entre 4 et 5 kg, Jaune canari entre 4 et 5 kg

4- Le brodage des fruits et leur couleur

2- Un bon taux de sucre (Brix entre 14 et 16) et une bonne fermeté du fruit

5- La vigueur de la plante pour les plantations tardives permettant une bonne résistance aux coups de soleil (Marrakech)

 

Cependant, aujourd’hui, vu les hauts rendements obtenus grâce aux nouvelles variétés et à l’amélioration de la conduite technique, le grand souci des producteurs est de trouver de nouveaux marchés pour la commercialisation des melons. En effet, les différents types de melon étant essentiellement des produits de saison, la majorité de la production arrive groupée entre mai, juin et juillet d’où une offre importante entraînant les prix vers le bas. Pour obtenir de bons prix, les producteurs recherchent toujours plus de précocité (mars), mais le tonnage est faible, les calibres petits et les dommages occasionnés par les maladies sont plus importants. De même, pendant l’été (surtout juillet), le marché peut connaître un effondrement des prix suite aux fortes chaleurs qui affectent la qualité, la coloration et le goût.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Similar Articles

Comments

Advertismentspot_img

Instagram

Most Popular