Blé : Le record mondial de rendement a été battu

Blé : Le record mondial de rendement a été battu

Le fermier de Mid Canterbury, Eric Watson, a battu son propre record du monde Guinness pour ‘’la moisson de blé la plus productive’’. Le rendement réalisé a été de 173,98 qx à l’hectare, battant le record qu’il avait établi en 2017 et qui était de 167,91 qx / ha.

Le semis a été effectué le 19 avril de l’année dernière sur une parcelle de 8,6 ha de sa ferme de 490ha près d’Ashburton. La variété utilisée a été développée par la société semencière allemande KWS et est destinée à l’alimentation du bétail. Elle a été semée à 70 kg / ha visant une densité de 120 à 130 plants au mètre carré. Les sols de la région sont constitués de terres limono-argileuses et la couche arable représente 40 cm. 

Pour réaliser ce record, Eric Watson, a été accompagné par deux spécialistes l’un en protection des plantes et l’autre en fertilisation. Un désherbage de pré-levée a été réalisé suivi de divers traitements insecticides et fongicides tout au long de la saison.

Le producteur a également assuré un bon suivi de la production pour éviter les carences en oligo-éléments. Pour être certain d’être au plus près des besoins de la culture, toutes les 5 semaines, Eric Watson, a testé avec un appareil foliaire les teneurs en N,P,K, souffre et magnésium. « En tout la production a reçu un apport de 304 kg d’azote par hectare, ce qui équivaut à 22 kg par tonne de rendement en grains, ce qui, je crois, est le taux le plus bas de tous les records du monde. C’est donc une production très durable » a-t-il déclaré. Watson pense que la décision de passer à l’azote liquide a considérablement contribué à atteindre ce rendement record. Et pour améliorer la qualité des apports, il a acquis une nouvelle rampe de pulvérisation de 48 m, ce qui lui a permis une répartition uniforme des engrais liquides.

Il a également surveillé de près la culture avec des sondes d’humidité pour aider à déterminer les bons moments pour irriguer et a été aidé par le beau temps. « Ce fut l’une des meilleures saisons que nous ayons eues. Il n’a jamais fait trop chaud et la culture a reçu des précipitations en temps opportun », a-t-il déclaré.

À l’approche de la moisson, le 17 février, il était déjà sûr qu’il avait battu le record car il avait obtenu un bon poids de grain. Watson a déclaré qu’il savait officieusement une fois la récolte pesée qu’il avait atteint un nouveau record, mais il n’a reçu la confirmation officielle de Guinness qu’en ce début de mois de juillet.

Watson ne compte pas s’arrêter en si bon chemin et va essayer de battre à nouveau son record. « Grâce à la recherche, il y a toujours de meilleures variétés à plus haut rendement sur le marché et il y a toujours place à amélioration ». A noter que dans la région d’Ashburton, sur la cote est de la Nouvelle-Zélande, on obtient parmi les meilleurs rendements du monde en blé irrigué avec une moyenne autour des 120 quintaux par hectare. Il faut dire que les conditions de production excellentes : de l’eau (les champs sont irrigués) et une terre d’une qualité exceptionnelle.