Under nav-bar-right

Journée nationale de réflexion autour de la filière biologique au Maroc

Journée nationale de réflexion  autour de la filière biologique au Maroc

La Fédération Interprofessionnelle des Filières Biologiques (FIMABIO) a organisé à Rabat  le 13 décembre dernier, une Journée nationale de réflexion autour de la filière biologique au Maroc. Faisant suite à une étude d’état des lieux du secteur et à une série de focus groupes régionaux, cette journée avait pour objectif de lancer un dialogue entre les professionnels, les institutions et les acteurs d’influence  afin de mettre en place une stratégie à même de renforcer et développer les filières biologiques au Maroc.

Ont pris part à cette journée de réflexion des opérateurs leaders de la profession, la Direction de développement des filières de production, des institutions publiques ayant un rôle à jouer dans le développement des filières biologiques au Maroc (ONSSA, ONCA, FOODEX) et d’autres acteurs d’influence (Banque, Bailleurs de fond, Organisme de développements et fournisseurs d’intrants).

Le programme de la journée s’est déroulé comme suit :

  • Présentation du cadre réglementaire et institutionnel par la DDFP
  • Présentation de la FIMABIO et de son bilan d’activités depuis 2016, année de sa création.
  • Présentation du bilan de collaboration entre FIMABIO la coopérative suisse et Swisscontact dans le cadre du projet ASAP-M (Appui suisse aux associations professionnelles).
  • Présentation de l’étude sur l’état des lieux et la cartographie de la filière avec synthèse des contraintes et attentes des professionnelles.

 

Pour rappel, au cours de ces dernières années, le mode de production biologique prend sa place au Maroc et s’impose comme secteur important dans le tissu agro-économique. Les superficies cultivées en agriculture biologique sont passées de 3.999 ha en 2010 à 8.566 ha en 2017. Quant aux exportations elles ont atteint en 2016,14.700 tonnes en produit frais et transformés alors qu’en 2009, elle était en dessous de 9.000 tonnes. Quant aux superficies spontanées certifiées Biologiques, elles ont été estimées en 2017 à 180.390 ha.

La filière comptait en 2018 plus de 302 opérateurs, répartis sur 11 régions, dont les premières en termes d’importance sont Souss-Massa, Marrakech-Safi et Casablanca-Settat. La répartition de ces opérateurs par filière : arboriculture fruitière (29%), Argan (25%), PAM (19%), cultures maraichères (14%),

Cactus (6%) et autres (7%).

Au niveau organisation, le secteur est chapeauté depuis 2016 par la FIMABIO (Fédération Marocaine Interprofessionnel des filières biologiques) qui rassemble l’ensemble des filières biologiques. La fédération a signé un contrat programme avec le ministère de l’agriculture visant la collaboration pour le développement du secteur du Bio au Maroc. Ainsi, dès le début il a été décidé de la nécessité d’un cadre législatif national qui définit les normes et les règles adaptées au contexte du pays aussi bien pour la conversion, le contrôle, la production, transformation et distribution. Ainsi, à ce jour, tout l’arsenal juridique qui régit le mode de production biologique est complet.

Parmi les grands chantiers entrepris par le secteur une étude de l’état des lieux du secteur et des focus groupes régionaux.

Cette journée a été l’occasion pour les 35 opérateurs invités de prendre connaissance de ces différents éléments afin qu’ils puissent en débattre, identifier les priorités et émettre à leur tour des recommandations plus complètes (Recherche Développement, formation, post-récolte, commercialisation, communication …).

La réflexion a ainsi débouché sur un ensemble de propositions qui ont été groupées dans le tableau ci-après. Il a été recommandé à la FIMABIO de concevoir, à partir de ces recommandations, un plan d’action à mettre en œuvre à partir de janvier de 2020.

Elhousseine Zaoui, Agro challenge, Coordinateur projet ASAP/FIMABIO