Les principaux types de nuages : photos et descriptions

Les principaux types de nuages : photos et descriptions

Les nuages : définition

Les nuages sont formés de très petites gouttelettes d’eau ou de cristaux de glace (1 à 100 microns de diamètre) obtenus par l’adsorption de vapeur d’eau contenue dans l’atmosphère autour de minuscules impuretés appelées noyaux de condensation (cristaux de sel marin, pollens, produits polluants).

L’aspect d’un nuage est caractérisé par sa forme, sa texture, sa transparence, son opacité et ses couleurs qui varient en fonction des constituants et des conditions atmosphériques.

Le système international actuel de classification des nuages, fondé sur la langue latine, remonte à 1803, année de la publication, par le météorologiste amateur Luc Howard, d’un essai sur les modifications des nuages. L’Organisation Météorologique Mondiale reconnaît actuellement dix genres de nuages (classification de base), distingués selon l’altitude à laquelle ils se forment et leur apparence générale.

Les dix genres de nuages

On compte dix groupes principaux de nuages, appelés “genres”.

altitude des différents nuages
Altitude et caractéristiques des différents nuages ©; Météo-France
  • Les nuages les plus élevés, qui occupent l’étage supérieur de la troposphère sont constitués de millions de minuscules cristaux de glace (préfixe: Cirr ou Cirro) et comprennent les genres Cirrus, Cirrocumulus et Cirrostratus. Leur température est inférieure à – 40°C.
  • Ceux de l’étage moyen (préfixe: Alto), généralement constitués de gouttelettes d’eau, parfois de cristaux de glace, comprennent les Altocumulus et Altostratus, et le Nimbostratus. L’Altostratus peut pénétrer dans l’étage supérieur; le Nimbostratus déborde généralement dans les étages supérieur et inférieur. Ils recouvrent de très grandes surfaces, parfois des centaines de kilomètres carrés. Même s’ils ne donnent que de faibles précipitations, les altostratus indiquent souvent que l’arrivée de la pluie.
  • A l’étage inférieur, on trouve les genres Stratocumulus et Stratus, nuages bas. Ils sont généralement composés de gouttes d’eau liquide.
  • Deux genres, enfin, les Cumulus et Cumulonimbus, nuages d’instabilité, qui ont généralement leur base dans l’étage inférieur, peuvent s’étendre à travers les deux autres étages comme en témoigne souvent leur important développement vertical.

Ces genres sont divisés en 14 espèces (classification secondaire), en fonction de l’aspect et de la structure interne des nuages, et 9 variétés (classification tertiaire), en fonction de la transparence et de la disposition des nuages. Bien que toutes les espèces ne soient pas présentes dans chaque genre et que toutes les variétés ne figurent pas dans chaque espèce, on recense une centaine de combinaisons. Outre ces trois niveaux de classification, il existe également des particularités supplémentaires et des nuages annexes.

CIRRUS (Ci) – 6 000 à 12 000 m d’altitude

cirrus
Cirrus © C. Magdelaine / notre-planete.info

Ces fines plumes blanches dans le ciel précèdent une série de nuages amenant une perturbation.
Leur finesse et leur transparence sont dues à la disposition des cristaux de glace qui les constituent. Ils ternissent l’éclat du Soleil ou de la Lune mais ne donnent aucune précipitation.

CIRROCUMULUS (Cc) – 7 500 à 10 000 m d’altitude

cirrocumulus
cirrocumulus © C. Magdelaine / notre-planete.info

Ces nuages forment des couches de minuscules flocons blancs sous forme de granules ou rides. Ils sont composés en grande partie de cristaux de glace. suivent les cirrus .
Ils se présentent en banc, nappe ou sous la forme d’une couche mince de nuages blancs sans ombre propre.
Ils accompagnent fréquemment des cirrus ou cirrostratus et annoncent un changement de temps.

CIRROSTRATUS (Cs) – 5 000 à 9 000 m d’altitude

cirrostratus-haloCirrostratus et son halo © The High Fin Sperm Whale / Wikimedia Commons – Licence : CC BY-SA

Ces nuages forment un voile discret à travers lequel on voit des halos autour du soleil et de la lune. Ils indiquent un changement de temps certain.

ALTOCUMULUS (Ac) – 2 000 à 6 000 m d’altitude

altocumulus© C. Magdelaine / notre-planete.info

Ces nuages ressemblant à des galets et des rouleaux, forment un ciel pomelé. Ils ne s’accompagnent pas de précipitations mais ils annoncent un changement de temps.
Ils ont leurs ombres propres (ce qui les distingue des cirrocumulus) et créent un phénomène de couronne autour du Soleil ou de la Lune, ou même des étoiles très brillantes.

NIMBOSTRATUS (Ns) – 0 à 3 000 m d’altitude

nimbostratusNimbostratus
© C. Magdelaine / notre-planete.info
nimbostratusNimbostratus
© C. Magdelaine / notre-planete.info

Les nimbostratus sombres et épais donnent pluie et neige en hiver, qui peuvent durer des heures. Ils donnent souvent l’impression d’être “éclairés” de l’intérieur.
Ils proviennent des altostratus. Ils ont la forme d’une immense masse constituée de rouleaux.
Si ils donnent de la pluie, leur base inférieure est ponctuellement déchiquetée, percée, d’où tombe un rideau de précipitations jusqu’au sol. Les nimbostratus sont suffisamment épais pour masquer complètement le Soleil.

ALTOSTRATUS (As) – 2 000 à 5 000 m d’altitude

altostratusAltostratus © C. Magdelaine / notre-planete.info

Ces nuages forment une nappe grisâtre ou bleuâtre d’aspect strié, fibreux ou uniforme, et couvrent entièrement ou partiellement le ciel. Ils donnent de la pluie fine en été et de la neige en hiver.
Ils ressemblent à un cirrostratus très épais sans phénomène de halo. Plusieurs couches d’altostratus peuvent être superposées avec des intervalles de quelques dizaines de mètres. Ils sont souvent associés aux altocumulus.

STRATOCUMULUS (Sc) – 3 000 à 1 400 m d’altitude

stratocumulusStratocumulus © C. Magdelaine / notre-planete.info

Ce sont des nuages gris-blanc des ciels d’hiver qui apparaissent sous forme de galets et rouleaux avec des parties sombres. Ils correspondent à un temps couvert, sans précipitations.
Les stratocumulus ressemblent aux altocumulus, à la fois par leur aspect et les processus qui leur donnent naissance. Ils diffèrent surtout par leur altitude et le diamètre apparent de leurs éléments constitutifs.

Ce sont les nuages les plus communs.

STRATUS (St) – 0 à 500 m d’altitude

stratusStratus © C. Magdelaine / notre-planete.info
stratus-puy-SancyMer de nuages au puy de Sancy – France
© Christophe Magdelaine / www.notre-planete.info – Licence : Tous droits réservés

Les stratus peuvent se présenter sous la forme d’une couche, généralement continue et grise, souvent étendue, ou sous forme de lambeaux déchiquetés, dont les contours irréguliers et les dimensions se modifient continuellement et souvent rapidement.
Les stratus peuvent générer du du brouillard, lorsque leur base touche le sol.
Ces nuages apparaîssent fréquemment dans les grandes agglomérations à cause de la pollution atmosphérique.
Ils peuvent donner de faibles précipitations sous forme de bruine, de neige ou de prismes de glace.

CUMULUS (Cu) – 300 à 1 600 m d’altitude

cumulusCumulus © C. Magdelaine / notre-planete.info

D’un blanc éclatant, les cumulus sont des nuages de beau temps, malgré leur taille parfois imposante. Les cumulus ont des contours nets ; ils se développent en forme de mamelons, de dômes ou de tours, dont la partie supérieure bourgeonnante ressemble ordinairement à un chou-fleur. Les parties supérieures, éclairées par le Soleil sont, le plus souvent, d’un blanc éclatant alors leur base est relativement sombre.

CUMULONIMBUS (Cb) – 600 à 17 000 m d’altitude

cumulonimbusCumulonimbus © C. Magdelaine / notre-planete.info
cumulonimbus-pluie-orage© Christophe Magdelaine / www.notre-planete.info – Licence : Tous droits réservés
mammatusCumulonimbus mammatus © C. Magdelaine / notre-planete.info

Ce sont des cumulus porteurs d’orages, d’averses, de grêle… Ils forment d’énormes volutes au sommet en panache ou en forme d’enclume, ils peuvent déchaîner des intempéries trés violentes. Le cumulonimbus est le seul nuage qui peut provoquer des orages.